LA RESTAURATION DES SALLES DE CINÉMA TARDE A VENIR

Variétés, Empire, Olympia et les autres...

06 Déc 2017
210 fois

D’anciens cinéphiles interpellent le wali, Monsieur Mohamed Salamani, sur le retard pris dans la restauration des salles de cinéma et leur réouverture au public. « Ce n’est pas normal que la quatrième ville du pays qui de surcroît, organise le Festival du cinéma méditerranéen, ait des salles de cinéma fermées depuis trois décennies », ont-ils ironisé. “Nous avons la certitude que le premier responsable de cette wilaya, dont on dit beaucoup de bien de lui, ne ménage aucun effort pour que ces salles de spectacles soient ouvertes dans les plus brefs délais après qu’elles eurent subi des travaux d’aménagement », ont-ils dit. Et d’enchaîner : « d’après des informations, ce wali est un homme de culture et très connaisseur en matière de cinéma. C’est pour cela que nous nous en remettons à lui pour qu’il donne un coup de starter aux futurs travaux de restauration des salles de cinéma que recèle la ville des Jujubes. En dehors des cybercafés, on n’a pas où aller, alors que dans les années soixante et soixante-dix, outre les matches de football, volley-ball, basket-ball, etc., les salles de cinéma étaient ouvertes au public et projetaient de beaux films». Certes, certaines salles de spectacles ont été démolies ou transformées en d’autres activités, mais les autres projetaient des matches de football de la « Ligue des champions d’Europe» parce que leurs gérants ont pignon sur rue. A quelques mois du coup d’envoi dudit festival, la magnifique salle de cinéma El-Manar (ex-Variétés)  située en plein centre-ville et qui devait être choisie parmi les autres salles obscures, n’est toujours pas restaurée malgré la visite qu’avait entreprise le chef de l’exécutif et pour laquelle une importante enveloppe financière a été dégagée : on parle de 10 milliards de centimes. « A quand la restauration de cette salle ? », se demandent avec regret ces quelques cinéphiles qui ont aujourd’hui l’âge de 70 ans. « Il ne faut pas que ce cinéma se transforme en lieu de loisirs ou de galerie d’arts. Nous contesterons cette idée et nous serons déterminés à bloquer  toute initiative allant dans le sens de sa transformation, y compris pour les autres salles de cinéma réparties à travers les quartiers de la ville des Jujubes. Enfin, la ville de Saint Augustin mérite plus que ça, c’est-à-dire que ces belles salles obscures soient restaurées et ouvertes dans les meilleurs délais possibles au public annabi, un public connu pour ses connaissances dans le domaine du 7ème art. « Une ville sans cinéma c’est comme un squelette sans légende », ont-ils conclu.

Nejmedine Zéroug

Évaluer cet élément
(2 Votes)

Quotidien indépendant d’information édité par la E.U.R.L. Hippone Edition et Communication.

Rédaction & Publicité : 6, Place Tarek Ibn Ziad - Annaba

Rédaction: Tél & Fax : 038.45.90.15

Publicité: Tél-Fax : 038 45.90.16

Bureau de Constantine : Maison de la Presse Tél/fax: 031.61.60.79 

Bureau de Souk-Ahras : 8, place de l’Indépendance (ex place Thagaste )
Tél - fax : 037 31.08.53

Bureau de Skikda : 6, Rue Mostefa Benboulaïd  - Tél : 038 76.57.85