Indigents syriens

Le créneau très juteux de la mendicité

13 Mar 2018
220 fois

Alors que les subsahariens reviennent ces derniers jours dans les rues de la ville après une brève absence, le comportement des mendiants d’origine syrienne–en majorité des femmes-intrigue les citoyens, et surtout les chauffeurs de taxis souvent sollicités pour les transporter, car ces mendiants ne se déplacent qu’en taxi, comme le rapporte un conducteur : « Une mendiante syrienne m’a demandé de la transporter pour 300 dinars jusqu’au niveau du barrage de la police à l’entrée de la ville. Arrivée là, elle descendit pour solliciter la charité aux automobilistes qui ralentissent à ce point de contrôle, avant qu’une autre compatriote ne s’installe à sa place dans le taxi et me demande de la mener à El Hadjar pour 300 dinars. » Un véritable travail d’équipe et les endroits « stratégiques » sont bien choisis. Ce manège dure depuis longtemps, et « si ces indigents font des allers et retours en taxi plusieurs fois dans la journée d’un point à l’autre, c’est qu’ils doivent gagner gros ». La mendicité est à ce point un métier juteux pour leur permettre « ce qu’un citoyen moyen ne peut faire ? Avec la cherté de la vie, s’il prend une fois le taxi dans la journée, il retourne en bus ou à pied ». Au point de se demander « si ces personnes sont réellement miséreuses au point de faire la manche dans les rues ». Des rumeurs, toujours parmi les taximen qui les prennent à bord très souvent, font état du fait que ces mendiants dormiraient à l’hôtel pour la plupart et tenteraient d’acheter des biens immobiliers dans la région, ce que ne peut faire un indigent. « De plus ils sont tous apparemment en parfaite santé et bien habillés, contrairement à beaucoup de « nos » « mendiants vêtus de loques qui hantent les entrées des mosquées et le centre ville et qui, paradoxalement, attirent à un degré moindre, la charité de nos compatriotes en raison certainement des horreurs de la guerre de Syrie, un créneau qui est exploité jusqu’à l’usure » ajoutera un autre conducteur de taxi.

Farida H.

Évaluer cet élément
(1 Vote)

Quotidien indépendant d’information édité par la E.U.R.L. Hippone Edition et Communication.

Rédaction & Publicité : 6, Place Tarek Ibn Ziad - Annaba

Rédaction: Tél & Fax : 038.45.90.15

Publicité: Tél-Fax : 038 45.90.16

Bureau de Constantine : Maison de la Presse Tél/fax: 031.61.60.79 

Bureau de Souk-Ahras : 8, place de l’Indépendance (ex place Thagaste )
Tél - fax : 037 31.08.53

Bureau de Skikda : 6, Rue Mostefa Benboulaïd  - Tél : 038 76.57.85