Marché aux oiseaux

Alerte à la saleté

13 Mar 2018
262 fois

L’état piteux et hideux du marché aux oiseaux situé sur l’esplanade attenant au parking « Stambouli » a fait régir les internautes sur les réseaux sociaux. Ces derniers ne se sont pas fait prier pour interpeller les élus locaux, à leur tête le maire, en vue de prendre des mesures urgentes pour mettre fin à cette incurie où règnent à longueur de journée saleté, insalubrité, vecteurs de graves maladies infectieuses. « Monsieur le maire, regardez toute cette saleté au marché hebdomadaire aux oiseaux. Exigez aux vendeurs de payer (el mekss) leurs redevances et avec cet argent collecté, vos services concernés pourront procéder au nettoiement et à l’entretien de ce marché », a réagi N.B, artiste, à l’adresse du maire de la ville pour l’interpeller sur l’état hideux du marché aux oiseaux. Deuxième réaction d’un cadre dirigeant qui ne s’est pas fait attendre à propos de la photo du marché aux oiseaux publiée sur les réseaux sociaux. « L’idée d’obliger les vendeurs à payer une redevance est bonne mais malheureusement ils récidiveront à coup sûr et les lieux seront à nouveau   sales comme avant », a fait remarquer cet ancien cadre supérieur à la retraite répondant aux initiales de C.A.  Troisième réaction d’un citoyen en l’occurrence D.B, il suggère qu’une pétition soit lancée et adressée aux autorités locales pour éradiquer ce marché de la honte en disant à ce propos : « Il faut lancer une pétition afin que ce lieu retrouve sa splendeur d’antan ». « Mais comment fonctionne l’esprit de quelqu’un qui a réalisé une telle horreur ? », s’est-il demandé. Certes, ce marché aux oiseaux ressemble au titre du film italien : « Affreux, sales et méchants » d’Ettore Scola avec Nino Manfredi. « Des ordures qui jonchent le sol, des eaux stagnantes infectes dégageant des odeurs pestilentielles, de la boue, etc. C’est répugnant ! », s’est exclamé un quadragénaire qui passait par là en compagnie de ses deux enfants.  De l’avis de tous, l’endroit n’est pas approprié pour installer un tel marché aux oiseaux en plein centre-ville, lequel s’est transformé au fil des semaines en un marché où tout se vend et s’achète au vu et au su de tout le monde. Un autre s’est demandé si l’initiateur du projet de création de ce marché connaissait ce qu’était jadis cette belle place publique avec kiosques, sur laquelle les autorités de l’époque ont fait construire un parking et une esplanade qui a servi à la longue de lieu de débauche. Et d’ajouter : « Avant la réalisation du palais de la Culture, cette place publique sur laquelle a été érigé un parking avec esplanade était un lieu de rencontres des vieux, des jeunes et moins jeunes tous sexes confondus.
En été, les gens venaient discuter autour des pots de glaces et veiller jusqu’à une heure tardive de la soirée, voire jusqu’au petit matin. C’était un endroit très animé de jour comme de nuit. Alors, on ne sait pas quelle mouche avait piqué les responsables de l’époque pour la supprimer et la transformer en parking qui a défiguré le centre-ville et causé un énorme problème de la circulation routière. Ils sont fous ces gens-là ». Par ailleurs, ce marché est pratiquement ouvert tous les jours alors que son ouverture au public est hebdomadaire comme c’est mentionné sur l’écriteau.
En somme, les internautes estiment que le wali peut faire quelque chose en rendant à César ce qui appartient à César c’est-à-dire maintenir le sous-sol du parking et raser l’étage supérieur ainsi que l’esplanade parce que la Coquette a besoin d’être encore plus belle en ayant beaucoup de places publiques avec espaces verts, jets d’eau, etc. « Si on procédait de la sorte, on verrait le problème de ce marché hideux et de celui de l’embouteillage disparaître une fois pour toute », a conclu ce monsieur très en colère.

Nejmedine Zéroug

Évaluer cet élément
(0 Votes)

Quotidien indépendant d’information édité par la E.U.R.L. Hippone Edition et Communication.

Rédaction & Publicité : 6, Place Tarek Ibn Ziad - Annaba

Rédaction: Tél & Fax : 038.45.90.15

Publicité: Tél-Fax : 038 45.90.16

Bureau de Constantine : Maison de la Presse Tél/fax: 031.61.60.79 

Bureau de Souk-Ahras : 8, place de l’Indépendance (ex place Thagaste )
Tél - fax : 037 31.08.53

Bureau de Skikda : 6, Rue Mostefa Benboulaïd  - Tél : 038 76.57.85