Une mercuriale impitoyable

La maffia des marchés sévit toujours

08 Mai 2019
216 fois

L’espoir en un Ramadhan exceptionnel sur le plan de la prise de conscience et de la fraternité, était très fort dans ce contexte de mouvement populaire intense. La maturité politique dont les Annabis, à l’instar de l’ensemble des Algériens, ont fait preuve pendant les précédentes semaines n’a malheureusement pas été traduite sur le plan sociétal au début du mois sacré. La mercuriale n’a aucunement été influencée par les démonstrations de solidarité et de fraternité qu’étaient pourtant les slogans fédérateurs d’une population hautement politisée et extrêmement engagée en matière du destin du pays. Le premier jour du Ramadhan n’a pas été différent en aucune façon des autres années qu’ont vécues les Annabis. La mercuriale au niveau des commerces et marchés n’a pas été tendre avec les bourses. Les légumes et les fruits étaient inabordables pour des citoyens épuisés par la baisse du pouvoir d’achat causée principalement par des pratiques de spéculation auxquelles sont restés fidèles aussi bien les grossistes que les détaillants. En ce début de mois sacré, ni les commerçants ont contribué à l’effort collectif d’amélioration de la vie économique, ni les consommateurs n’ont mis en place une action générale de lutte contre la spéculation et la cherté de la vie. Le Hirak politique s’avère très étanche et n’arrive pas à influencer les comportements des annabis, et des Algériens, dans leur vie quotidienne et économique. La fronde politique de millions d’Algériens n’a pas été déclinée en une rébellion économique contre les spéculateurs qui font la loi à chaque Ramadhan. Aucune campagne de lutte contre ce diktat n’a été lancée sur les réseaux sociaux malgré la fidélité des annabis à cet outil majeur de communication. Pas de boycott ni de dénonciation de ces pratiques frauduleuses n’ont montré le bout du nez. Les commerçants, quant à eux, et dont une bonne partie ne rate aucun vendredi pour sortir et crier sa rage contre les « voleurs », s’adonnent cyniquement et impunément à la spéculation. Ce constat amer en dit long sur la profondeur de la conscience citoyenne affichée par les millions d’animateurs du Hirak, désavoués par le premier test. Le mouvement populaire qui a fait bouger les lignes sur le plan politique n’a pas, jusqu’à maintenant, la profondeur nécessaire pour faire des citoyens des acteurs actifs de la cité. Les manifestations de solidarité classiques à l’instar des restaurants de la Rahma sont bel et bien présentes cette année, comme c’était le cas dans les années passées. 

Zarrougui Abdelhak

Évaluer cet élément
(3 Votes)

Quotidien indépendant d’information édité par la E.U.R.L. Hippone Edition et Communication.

Rédaction & Publicité : 6, Place Tarek Ibn Ziad - Annaba

Rédaction: Tél & Fax : 038.45.90.15

Publicité: Tél-Fax : 038 45.90.16

Bureau de Constantine : Maison de la Presse Tél/fax: 031.61.60.79 

Bureau de Souk-Ahras : 8, place de l’Indépendance (ex place Thagaste )
Tél - fax : 037 31.08.53

Bureau de Skikda : 6, Rue Mostefa Benboulaïd  - Tél : 038 76.57.85