12e vendredi de mobilisation

Appel à un « Etat civil »

11 Mai 2019
210 fois

Les Annabis ont  entamé, hier  vendredi 10 mai, leur douzième semaine de mobilisation contre le système et ses symboles, avec plus de détermination, et ce, malgré que ceci  intervient dans un contexte particulier marqué par des arrestations et l’accélération des enquêtes sur « le complot contre l’armée » et la corruption. Et malgré la chaleur et le ramadhan, les manifestants très nombreux, munis de drapeaux, étaient de nouveau au rendez-vous. Défilant au centre-ville, ils ont scandé des slogans hostiles aux élections, aux bandes, et ont affirmé qu’ils ne vont pas s’arrêter avant l’instauration d’un état civil. En effet, après avoir observé une minute de silence à la mémoire des martyrs des massacres du 8 Mai 45 à Sétif, Kherrata et Guelma, les marcheurs pour le changement radical d’un système véreux, ont scandé aussi des slogans anti-Gaid Salah, chef d’Etat Major. « Pour un Etat civil et non pour un régime militaire », « Labled bladna wa El Gaid Khana », « la lintikhabet El-Ässabet » -non aux élections des bandes-, ont été longtemps répétés en chœur par des milliers de manifestants qui ont inondé l’esplanade de la plus importante place publique de la ville, le cours de la révolution en l’occurrence. Les manifestants ont brandi aussi des pancartes sur lesquelles, ils ont dénoncé et condamné énergiquement l’arrestation de la Secrétaire générale du Parti des Travailleurs, Louisa Hanoune, acte qu’ils ont qualifié à travers des écrits « d’arbitraire et abusif ». Les protestataires solidaires à plus d’un titre avec Louiza Hanoune, ont appelé à sa libération. Faut-il rappeler que la Secrétaire générale du Parti des Travailleurs, qui a vécu et grandi à Annaba, est depuis qu’elle s’est portée candidate à l’ l’élection présidentielle de 2004, considérée comme la première femme algérienne et dans le monde arabe à être candidate à la magistrature suprême. Elle participe également à l’élection de 2009 remportée par Abdelaziz Bouteflika et conteste les résultats de cette élection. Contacté à ce sujet, Smain Kouadria cadre du Parti des Travailleurs et ancien député (Guelma), qui participait à une marche à Alger, s’est déclaré « peiné et ému pour Louiza Hanoune qui a passé la nuit d’avant-hier en prison. Par delà les différents qu’on peut avoir avec elle, Louiza reste une icône du combat démocratique en Algérie. » Pour sa part, Ramdane Youssef Tazibt militant politique et membre fondateur du PT, dira que « c’est une dérive gravissime de voir cette femme d’honneur que je connais depuis 25 ans croupir au cachot. Ça ne me rassure pas sur la suite des événements. Qu’elle trouve ici l’expression de ma solidarité et de mon soutien ainsi qu’à ses collaborateurs et les militants de son parti. Les algériens ont le droit de savoir ce qu’on lui reproche exactement. Nul n’est au dessus des lois certes mais cela ne dispose pas le nouveau pouvoir de communiquer sur ces vagues d’arrestations pour le moins sulfureuses. »  

B. Salah-Eddine

Évaluer cet élément
(1 Vote)

Quotidien indépendant d’information édité par la E.U.R.L. Hippone Edition et Communication.

Rédaction & Publicité : 6, Place Tarek Ibn Ziad - Annaba

Rédaction: Tél & Fax : 038.45.90.15

Publicité: Tél-Fax : 038 45.90.16

Bureau de Constantine : Maison de la Presse Tél/fax: 031.61.60.79 

Bureau de Souk-Ahras : 8, place de l’Indépendance (ex place Thagaste )
Tél - fax : 037 31.08.53

Bureau de Skikda : 6, Rue Mostefa Benboulaïd  - Tél : 038 76.57.85