Imprimer cette page

Pêche au thon

Une dizaine de thoniers prennent le large

23 Mai 2019
409 fois

Un thonier Annabi, qualifié de l’un des plus importants dont dispose le domaine de la flottille nationale, participe à la campagne de pêche du thon pour l’année 2019, qui débutera dimanche prochain, apprend-on auprès de la direction de la Pêche et des ressources halieutiques. Sur les 22 thoniers algériens qui participent à la campagne, la majorité des navires ont pris le large, hier mercredi, à partir du port d’Annaba en direction de la zone internationale de la pêche au thon rouge. Le port d’Annaba demeure l’infrastructure du pays la plus proche de la zone de pêche du thon. L’exercice écoulé, 8 thoniers avaient levé l’ancre à partir d’Annaba, rappelle-t-on. Nous apprenons auprès de la direction de la pêche et des ressources halieutiques que le nombre des thoniers participant à cette campagne est passé de 14 navires à 22 en 2019. À rappeler que l’Algérie devrait pêcher un quota de 1437 tonnes de thon rouge au titre  de la campagne de pêche pour l’année 2019 qui débutera, dimanche prochain. Faut-il rappeler que la pêche du thon au large d’Annaba avait été secouée, en 2009, par un scandale de pêche illicite du thon rouge. Ce scandale avait défrayé la chronique au lendemain de sa mise à jour, plus précisément au mois de mai 2009, par les garde-côte de la façade maritime Est. Il concerne l’interception sur « l’Akuadem 2 », un navire turc au large d’Annaba, de 210 tonnes de thon rouge, pêchées pour le compte du bateau thonier algérien El-Djazaïr. L’embarcation, arraisonnée au large des eaux territoriales algériennes, faisait partie d’une flotte constituée de trois bateaux turcs spécialement aménagés pour ce type de pêche le « Certer Ahmet 1 » le « Abdi Baba 3 » et L’Akuadem 2 qui remorquait une cage de 40 mètres de large et de 50 mètres de profondeur (contenant 210 tonnes de thon rouge vivant). On évoque notamment les conditions dans lesquelles le troisième bâtiment battant également pavillon turc, un thonier-usine supposé traînant dans son sillage une cage contenant plutôt deux cargaisons de thon rouge vivant, n’ait pu être rattrapé par les unités des garde-côte. ce dernier après près d’une semaine de cavale, avait rebroussé chemin et regagné la côte Annabie, sur ordre des diplomates de l’ambassade de Turquie en Algérie. La Cour de justice d’Annaba avait rejugé cette affaire en 2013. Pas moins de 8 co-accusés (cinq ressortissants turcs, le secrétaire général, un armateur algérien et le directeur de la pêche maritime et océanique au ministère de la Pêche et des ressources halieutiques), avaient été condamné à des peines de deux ans de prison, dont une avec sursis. Ces derniers étaient poursuivis pour contrebande, pêche non autorisée dans les eaux territoriales algériennes, trafic d’influence et évasion fiscale.

B. S E

Évaluer cet élément
(2 Votes)