Rougeole

Les hésitations qui tuent

12 Jui 2019
357 fois

Un décès et plus de 16 cas de rougeole, rien que pour cette semaine, ont été déplorés au niveau de la wilaya de Annaba, précisément à la commune d’El-Bouni. Il s’agit d’un nourrisson de 3 mois, habitant El-Bouni, qui a perdu la vie suite à la contraction de la rougeole, car vu son âge, il n’était pas encore éligible à la vaccination. « C’est le résultat d’une contamination par un sujet malade n’ayant pas été vacciné et qui constitue un danger pour d’autres personnes sensibles », déplorent des praticiens interrogés sur le sujet. Dans un appel à la population, le Dr. Nacereddine Damèche, directeur de la Santé et de la population (DSP), a exhorté les habitants de la wilaya à faire vacciner leurs enfants qui ont atteint ou dépassé l’âge de 11 mois tout en rappelant que la 1ère prise du vaccin s’effectue à l’âge de 11 mois et la deuxième, également appelée prise de rappel, à l’âge de 18 mois. « Le vaccin est disponible et nos structures sont prêtes à vous recevoir. N’exposez pas les vies de vos enfants à un risque inutile et non moins fatal », a-t-il déclaré lors d’une rencontre au niveau du siège de la wilaya. Ceci d’autant que depuis le début de l’année 2019, 190 cas de rougeole ont été enregistrés à travers l’ensemble de la wilaya avec un nombre élevé pour la localité de Sarouel, commune d’El-Bouni. Le pic de l’épidémie serait atteint cette semaine et la courbe s’apprête à s’inverser dans les jours à venir, a rassuré le responsable du secteur de la santé dans la wilaya. A relever que le taux de vaccination contre la rougeole est estimé à 75 % au sein de la population. « L’objectif est d’atteindre un taux de 90 % afin de prévenir des cas fâcheux », a ajouté le Dr. Damèche. Un obstacle psychologique Faut-il rappeler que l’hésitation de certaines familles à Annaba et en Algérie trouve son origine dans les incidents survenus en juillet 2016 où des nourrissons ont perdu la vie suite à la prise de vaccins à Rouiba. Destiné à prévenir la survenue du tétanos, de la diphtérie, de la poliomyélite et de la coqueluche, un vaccin, le Pentavalent, dont l’inoculation est recommandé par l’Organisation mondiale de la santé (OMS) a, après le décès de deux nourrissons dans la daïra de Rouiba, suscité une psychose sur le territoire national. Cet épisode malheureux n’a pas manqué de dissuader plusieurs parents de vacciner leurs enfants au risque de les exposer à des maladies graves. Cet état d’esprit coïncide avec une épidémie mondiale de rougeole qui sévit depuis le début de l’année en cours. En mars dernier, l’Unicef a lancé un cri d’alarme devant la recrudescence de la rougeole dans le monde en soulignant que dix pays, dont le Brésil, l’Ukraine et la France, étaient responsables de trois-quarts environ de l’augmentation totale des cas. A l’échelle mondiale, 98 pays ont signalé un plus grand nombre de cas de rougeole en 2018 par rapport à 2017, ce qui entrave les progrès accomplis dans la lutte contre cette maladie hautement évitable, mais potentiellement mortelle.

Zarrougui Abdelhak

Évaluer cet élément
(0 Votes)

Quotidien indépendant d’information édité par la E.U.R.L. Hippone Edition et Communication.

Rédaction & Publicité : 6, Place Tarek Ibn Ziad - Annaba

Rédaction: Tél & Fax : 038.45.90.15

Publicité: Tél-Fax : 038 45.90.16

Bureau de Constantine : Maison de la Presse Tél/fax: 031.61.60.79 

Bureau de Souk-Ahras : 8, place de l’Indépendance (ex place Thagaste )
Tél - fax : 037 31.08.53

Bureau de Skikda : 6, Rue Mostefa Benboulaïd  - Tél : 038 76.57.85