Prise en charge des cas Covid-19

L’ultimatum de Benbouzid

13 Juil 2020
792 fois

Moins de 24 heures après avoir pris acte des défaillances dans l’approvisionnement des hôpitaux en équipements de protection individuel destinés aux personnels soignants, le ministre de la Santé est de nouveau monté au créneau, pour rappeler à l’ordre les gestionnaires des structures sanitaires publics, à propos de la prise en charge des cas confirmés de Covid-19. « J’ai instruit tous les responsables afin de mettre en place un dispositif de lits dédié au Covid-19. Il ne faut pas qu’il y ait un seul algérien qui parte à l’hôpital et qu’il ne trouve pas de place. Cela est inadmissible », a-t-il déclaré, hier, sur les ondes de la chaîne III de la radio nationale. « Le constat que j’ai fait, c’est qu’on n’a pas déployé dans les établissements le nombre de lits suffisants », a déploré Abderrahmane Benbouzid, estimant qu’il est incompréhensible qu’un établissement qui compte 600 lits par exemple, n’en réserve que 160 pour les patients atteints de coronavirus. Une aberration, et c’est le moins que l’on puisse dire, à mettre sur le compte de nombreux responsables des établissements publics de santé, qui ont été pris de cours par la recrudescence du nombre de cas de contamination. D’ailleurs, un délai de 48 heures, à partir de vendredi dernier, leur a été accordé par le ministre, afin qu’ils réagissent face à l’augmentation brutale des cas de Covid-19. Tout en précisant que des instructions ont déjà été données pour que « 60% des lits soient réservés aux patients contaminés par le coronavirus et les 40% restants aux urgences », le ministre s’est engagé à sanctionner toute défaillance dans la prise en charge des malades de Covid-19. « Des sanctions sont déjà tombées et d’autres tomberont si nécessaire », a-t-il averti, avant de souligner que « ce qui s’est passé à Sidi Aissa, dans la wilaya de M’Sila est insoutenable ». « C’est inadmissible », a-t-il estimé. « Une enquête a été diligentée. J’ai le rapport et des sanctions vont tomber de la même manière qu’à Sétif et à Constantine », a-t-il annoncé. Abderrahmane Benbouzid, qui ne veut absolument plus entendre de « saturation », a ainsi avisé les responsables des établissements publics de santé, qu’à partir de dimanche, hier NDLR, la situation globale des hospitalisations devait lui démontrer que des mesures ont été effectivement prises. « Je veux avoir dimanche le tableau. Je reprends tous les établissements. Je reprends tous les lits qui ont été mis Covid et je verrai si vous avez effectivement mis les lits Covid », les a-t-il mis en garde. Abordant la situation épidémiologique d’une manière générale, il a reconnu qu’elle est « alarmante ». « Maintenant, il y a un rebond. Une recrudescence. Une deuxième vague. Peu importe l’appellation, c’est que les chiffres repartent à la hausse. Ça nous interpelle de nouveau pour prendre encore des mesures et être encore plus vigilant », a-t-il indiqué, signalant que « les chiffres sont les chiffres ». « Notre système de santé est ce qu’il est. Il n’est pas totalement défaillant. Il n’est pas à comparer à celui des pays développés, sinon on comparerait notre économie, nos hôtels, etc. à celles des autres pays », a-t-il estimé dans le même contexte.

Mohamed Mebarki

Dernière modification le dimanche, 12 juillet 2020 21:28
Évaluer cet élément
(1 Vote)

Quotidien indépendant d’information édité par la E.U.R.L. Hippone Edition et Communication.

Rédaction & Publicité : 6, Place Tarek Ibn Ziad - Annaba

Rédaction: Tél & Fax : 038.45.90.15

Publicité: Tél-Fax : 038 45.90.16

Bureau de Constantine : Maison de la Presse Tél/fax: 031.61.60.79 

Bureau de Souk-Ahras : 8, place de l’Indépendance (ex place Thagaste )
Tél - fax : 037 31.08.53

Bureau de Skikda : 6, Rue Mostefa Benboulaïd  - Tél : 038 76.57.85