Annaba : Affaire des équipements sportifs de contrefaçon

L’ex directeur régional Hamel Belkhir dans le box des accusés

22 Oct 2020
1790 fois

Le procès de l’affaire des deux conteneurs de 40 pieds chacun bourrés d’équipements sportifs contrefaits d’importation, qui a éclaboussée la cité des rives de la Seybouse début 2018, s’ouvrira aujourd’hui au tribunal correctionnel d’Annaba. Ce scandale fait partie d’un immense trafic de conteneurs, ou pas moins de 39 caissons ont été saisis dans le cadre d’une large opération de lutte contre le trafic de conteneurs, lancée au lendemain d’un coup de filet, menée par un agent des douanes et syndicaliste de surcroit, en l’occurrence Bouchouicha Rédha. Ceci, malgré une pression soutenue de la part de l’ancien directeur régional des douanes, Hamel Belkhir, frère de l’ex-DGSN, actuellement incarcéré pour des affaires de corruption. A noter que l’ex-directeur régional figure parmi les principaux accusés. La genèse de cette affaire qui avait éclaboussé le port marchand d’Annaba, remonte à la fin du mois de janvier 2018. Elle avait éclaté suite à la suspension abusive de ce syndicaliste par le directeur régional pour avoir saisi plusieurs containeurs bourrés de produits de contrefaçon. Récalcitrant, il avait entamé une grève de la faim devant le siège de la direction de wilaya, à l’entrée du port d’Annaba. Sur les barreaux de la clôture a été accrochée une banderole sur laquelle était inscrit, rappelle-t-on : « Douanier syndicaliste en grève de la faim. J’ai lutté contre les véreux. Résultat : j’ai été suspendu ». Le plaignant n’avait pas cessé de clamer qu’il est victime d’une machination car réfractaire à l’ordre établi. Inflexible, ce douanier avait décidé d’aller jusqu’au bout d’autant plus qu’il n’avait rien à perdre après la suspension de son salaire, la seule ressource dont il disposait pour subvenir aux besoins de sa petite famille. A l’index, le directeur régional des douanes Belkhir Hamel, frangin de l’homme fort de l’époque de la DGSN qui avait été à l’origine de cette mesure « disciplinaire ». C’est sa   découverte qui allait lui coûter son poste, remontant plus précisément au 22/08/2017. Roulant à bord d’un véhicule de service, les agents de la brigade mobile étaient ce jour-là en mission de travail à l’intérieur du port. Ils avaient repéré un groupe de personnes, des transporteurs en l’occurrence, en flagrant délit en train d’ôter les scellés internationaux, apposés sur des containers. A la suite de quoi les douaniers avaient décidé de confisquer les documents auprès de 3 chauffeurs. Le quatrième a refusé de se soumettre à l’ordre des douaniers et a quitté en trombe les lieux, mais a été quelques minutes plus tard, interpellé à la sortie « Est » du port, du côté de la cité Seybouse. Une heure après le déclenchement de cette opération de contrôle,  un inspecteur de la brigade accompagné du directeur régional par intérim est intervenu par faire savoir aux agents  que ces containers appartenaient à des personnes aux reins solides et que le directeur régional avait demandé de  restituer les documents et libérer les camions. Ainsi, et malgré les réserves formulées par les douaniers, les 3 chauffeurs de camion avaient quitté le port sans même prendre le soin de récupérer les documents saisis (permis de conduire et documents de transit). Quant au dernier container, il avait été placé sous haute surveillance sur les lieux, jusqu’au lendemain, en procédant à sa garde à tour de rôle durant toute la nuit. Malgré les intimidations et la pression dont il avait fait l’objet, le douanier en question n’avait pas lâché prise et avait réussi à obtenir une autorisation de fouille de l’inspection divisionnaire de la wilaya d’Annaba. La fouille minutieuse faite contre vents et marrées, avait permis de découvrir une importante quantité de chaussures sportives de marque, mais contrefaite. Il s’agit de plus de 20 000 paires de baskets de grande marque, d’imitation importée de Chine.  L’importateur avait été fortement pénalisé pour la circonstance.  Mais comble de l’ironie, et « pour mission accomplie » l’agent auteur de cette saisie avait été quelques jours plus tard, muté pour occuper le poste de gardien au niveau de l’entrée principale de la subdivision. Mieux encore, il allait être suspendu abusivement quelques semaines plus tard. C’est ainsi qu’une enquête avait été diligentée sur injonction de la justice.

B.Salah-Eddine

 

Dernière modification le mercredi, 21 octobre 2020 21:32
Évaluer cet élément
(2 Votes)

Quotidien indépendant d’information édité par la E.U.R.L. Hippone Edition et Communication.

Rédaction & Publicité : 6, Place Tarek Ibn Ziad - Annaba

Rédaction: Tél & Fax : 038.45.90.15

Publicité: Tél-Fax : 038 45.90.16

Bureau de Constantine : Maison de la Presse Tél/fax: 031.61.60.79 

Bureau de Souk-Ahras : 8, place de l’Indépendance (ex place Thagaste )
Tél - fax : 037 31.08.53

Bureau de Skikda : 6, Rue Mostefa Benboulaïd  - Tél : 038 76.57.85