Protection de la ville contre les inondations

Une enveloppe budgétaire de 100 milliards allouée au projet

28 Mar 2013
524 fois

Pas moins de 100 milliards de centimes devront être injectés à titre préliminaire dans le but de protéger une partie de la ville de Batna contre les inondations qui causent à chaque forte chute de pluie des dégâts au niveau des quartiers périphérique et même dans les quartiers située à l’intérieur du tissu urbain de Batna comme Parc-à-Fourrage, la cité du 20 août et Zemala entre autres. Ce qui est à retenir, c’est le fait que provenant des hauteurs de la ville de Batna, des eaux charriant de la boue et d’objets hétéroclites, s’introduisent dans des maisons et rendent la vie difficile à des familles qui y vivent. Ces images dénotent que la ville de Batna est toujours exposée à des inondations malgré la construction d’une importante et coûteuse ceinture de protection à des endroits stratégiques aux alentours de la ville. L’autre paramètre à prendre en considération réside dans le fait que les bouches d’égout obstruées en grande partie ne jouent pas leur rôle convenablement et ne permettent pas à une partie des torrents d’eau de s’engouffrer dans les réseaux d’assainissement et de rejoindre sans problème la nature. Dans certains endroits les bouches d’évacuation des eaux n’existent tout simplement pas puisque ayant en majorité été éliminées suite à des travaux de revêtement des axes routiers. De part son relief montagneux, la région des Aurès y compris Batna-ville, bien évidemment, est exposée aux dangers des inondations qui endommagent parfois des ponts et d’accès vitaux, isolant par là dans bon nombre de cas des hameaux et des localités entières. Et c’est en ce sens que 32 projets relatifs à la protection de diverses localités de la région des Aurès, contre les inondations, ont été inscrits il y a quelques années de cela. Parmi ces projets ont note, ceux de Telkhemt, Barika, Merouana, Foum Toub, Tazoult, Guigba, El Maadher, Doufana et la route de Tazoult dans la périphérie de Batna-ville, entre autres. Hors des agglomérations, le phénomène naturel des inondations et des ruissellements d’eau sur la chaussée provoque des dommages aux tronçons routiers. La bonne conception des routes et la réalisation de petits ponts solides au niveau des points sensibles dont ceux du passage des Oueds, est d’une nécessité absolue puisque tout cela évite de causer des dommages dont les plus redoutées sont les cassures de la chaussée.

Nasreddine Bakha

Évaluer cet élément
(1 Vote)

Quotidien indépendant d’information édité par la E.U.R.L. Hippone Edition et Communication.

Rédaction & Publicité : 6, Place Tarek Ibn Ziad - Annaba

Rédaction: Tél & Fax : 038.45.90.15

Publicité: Tél-Fax : 038 45.90.16

Bureau de Constantine : Maison de la Presse Tél/fax: 031.61.60.79 

Bureau de Souk-Ahras : 8, place de l’Indépendance (ex place Thagaste )
Tél - fax : 037 31.08.53

Bureau de Skikda : 6, Rue Mostefa Benboulaïd  - Tél : 038 76.57.85