Barika 

Enième mouvement de grève estudiantin

11 Mai 2017
102 fois

Le centre universitaire de Barika, est encore une fois en proie à un mouvement de  contestation qui s’est illustré en ce milieu de semaine par le refus de certains étudiants de rejoindre leurs salles de cours et leurs amphis. Cette expression de mécontentement initiée par une organisation estudiantine, ressemble à tous points de vue aux précédentes grèves organisées périodiquement. Et pour cause ce sont pratiquement les mêmes revendications qui sont formulées à commencer par l’absence, selon les contestataires, de moyens humains et matériels pouvant assurer une bonne formation aux étudiants. Le manque d’enseignants au niveau de la filière de la langue française est évoqué, tout comme l’insuffisance d’ouvrages au niveau de la bibliothèque, ce qui se traduit par des contraintes d’effectuer des recherches, selon les protestataires qui ajoutent qu’une pression est vécue en matière de transport universitaire avec des bus en nombre assez réduit ne répondant pas aux besoins. Il y a, aussi, le problème de sécurité à l’extérieur de l’enceinte de l’établissement qui est cité par les étudiants grévistes. Ces derniers demandent à ce qu’une solution radicale soit trouvée pour faire face à un malaise se singularisant par sa constance. En matière de restauration, des critiques sont formulées avec une demande d’amélioration des repas universitaires. Le tout ponctué par une demande singulière à ce que des sorties d’études soient organisées. En réponse à cette longue liste de revendications, la direction du centre universitaire de Barika, insiste sur le fait que certains problèmes seront réglés progressivement alors que d’autres devront attendre un peu en raison des moyens dont dispose actuellement l’établissement en question quia  été hissé il y  a seulement quelques mois de cela, au rang de centre universitaire après avoir été plusieurs années durant, une annexe de l’université de Batna. Pour arriver à équilibrer la situation, il faut évidemment un peu de temps avec la volonté d’éliminer les points noirs les moins consistants et une prise en charge des autres à titre prioritaire. Les insuffisances dans les structures universitaires existent mais les revendications estudiantines sont pressantes. Face à ce phénomène, la direction doit impérativement éclaircir le champ et sensibiliser les divers intervenants en engageant un dialogue ouvert avec les représentants des étudiants. Lors d’une des grèves musclées organisées, il y a quelques temps, le précèdent recteur de l’université de Batna a laissé derrière lui des paroles significatives « On ne discute pas avec des gens qui ferment les portes de l’université pour revendiquer une chose. Les revendications sont un droit mais elles doivent être entreprises d’une manière civilisée et donner au moins un peu de temps pour régler les problèmes qui se posent.  

N.B.

Évaluer cet élément
(0 Votes)

Quotidien indépendant d’information édité par la E.U.R.L. Hippone Edition et Communication.

Rédaction & Publicité : 6, Place Tarek Ibn Ziad - Annaba

Rédaction: Tél & Fax : 038.45.90.15

Publicité: Tél-Fax : 038 45.90.16

Bureau de Constantine : Maison de la Presse Tél/fax: 031.61.60.79 

Bureau de Souk-Ahras : 8, place de l’Indépendance (ex place Thagaste )
Tél - fax : 037 31.08.53

Bureau de Skikda : 6, Rue Mostefa Benboulaïd  - Tél : 038 76.57.85