Agriculture

12 fellahs expérimentent la culture du safran

06 Juil 2017
179 fois

Une journée de sensibilisation sur la culture du safran (ou Zaafrane) une épice qui coûte tellement cher qu’on la surnomme l’or rouge, a été récemment organisée au niveau de la salle de réunions de la Chambre de l’agriculture de Batna. Des exploitants agricoles, des associations de fellahs, des services agricoles, des cadres forestiers ainsi que des ingénieurs de la direction de la recherche et de la vulgarisation qui active, entre autres, dans le développement des cultures maraîchères et de l’agriculture montagneuse y ont pris part . cette épice coûte jusqu’à 2000 dinars le gramme, selon divers intervenants. Actuellement, 12 fellahs sont versés dans la culture du safran à Batna, Khenchela, Oum El Bouaghi et Constantine. Un des exemples de réussite de la culture du Safran dans l’Est du pays est celui d’un fellah de la région de Bouhmama dans la wilaya de Khenchela qui a expérimenté puis réussi a développer à un bon niveau la production de safran grâce au soutien de l’agence nationale de la protection la nature, à des conseillers agricoles et à l’Institut national de la recherche forestière. Le tout entrant dans le cadre des projets de développement rural dans le volet consacré à l’introduction et à la promotion de nouvelles filières dans le secteur agricole pour booster la production hors hydrocarbures.  L’autre exemple qu’on peut citer est celui à savoir un couple marié, qui a créé une safranière à Constantine sur des bases scientifiques et techniques avancées. Connu sous le nom de « Safran tariki » l’épice produite à Constantine a décroché durant les quatre années écoulées 4 prix de l’Union Européenne, selon nos sources. Se caractérisant par son bon arôme, apprécié dans l’art culinaire et extrait d’une fleur de couleur mauve le safran qui possède aussi des propriétés médicales, se développe à plus de 600 mètres d’altitude dans un climat semblable à celui des Aurès et ses prolongements où l’hiver est rigoureux et l’été chaud. Les pluies printanières suivies d’un été sec sont idéales pour cette plante. La culture du safran nécessite beaucoup d‘efforts et de patience, selon des professionnels dans le domaine qui indiquent qu’il faut cueillir jusqu’à 200.000 fleurs pour obtenir un seul kilogramme de safran, dont les bulbes sont plantés en août et la cueillette s’effectue en décembre, soit une seule fois par an. L’entretien de la plantation s’opère périodiquement et requiert une main- d’œuvre qualifiée et beaucoup de savoir- faire. 

N. Bakha

Dernière modification le mercredi, 05 juillet 2017 17:57
Évaluer cet élément
(0 Votes)

Quotidien indépendant d’information édité par la E.U.R.L. Hippone Edition et Communication.

Rédaction & Publicité : 6, Place Tarek Ibn Ziad - Annaba

Rédaction: Tél & Fax : 038.45.90.15

Publicité: Tél-Fax : 038 45.90.16

Bureau de Constantine : Maison de la Presse Tél/fax: 031.61.60.79 

Bureau de Souk-Ahras : 8, place de l’Indépendance (ex place Thagaste )
Tél - fax : 037 31.08.53

Bureau de Skikda : 6, Rue Mostefa Benboulaïd  - Tél : 038 76.57.85