Environnement

La ministre insiste sur le recyclage des déchets

13 Jan 2018
274 fois

Lors de sa récente visite à Batna, la ministre de l’environnement et des énergies renouvelables, Fatma Zohra Zarouati, a mis l’accent sur la nécessité de développer le créneau de la récupération, du recyclage de la transformation des déchets.  Comme elle a donné orientation aux élus de l’APC pour qu’ils fassent des efforts afin d’inciter les entreprises et les citoyens à payer les taxes réservées à l’environnement.  Des remarques ont été par ailleurs formulées au cours de l’inspection de station de contrôle de la pollution et de l’environnement où des instructions ont été données pour se rapprocher des entreprises et des établissements classés afin des signer des conventions avec les partenaires en matière de gestion des déchets liquides dans le but d’assurer à un certain degré une protection réelle de l’environnement. Sachant que parmi les 52 usines et les unités de production activant dans la wilaya de Batna, seulement neuf (09) ont signé des contrats de performance avec la mise en place de dispositifs de contrôle et l’installation d’équipements permettant à tout rejet d’être le moins polluant possible. D’autres directives ont formulées à chacun des sites visités par la délégation ministérielle accompagnée par les cadres locaux, dont le centre d’enfouissement technique (CET) d’Aïn Touta, l’unité de récupération et de transformation de matières plastiques de Barika ainsi que la maison de l’environnement, le chantier du projet du parc urbain de Condorcet et l’unité des panneaux solaires d’Aïn Yagout, Pour rappel, plus de 2480 entreprises et établissements classés sont soumis aux taxes de la pollution de l’atmosphère du sol et de l’atmosphère ainsi qu’au stockage, à la gestion et à l’évacuation des déchets liquides et solides. Le principal problème qui se pose est celui du montant de recouvrement des  taxes. Ce montant est jugé trop faible par rapport aux assiettes. À titre d’exemple, le récent recouvrement sur les taxes des activités polluantes et dangereuses pour l’environnement, n’a guère dépassé 38 %. En effet, sur  plus de 700 milliards de centimes d’assiettes touchant plus de 2950 unités, seulement un pue plus de 250 milliards de centimes ont été récupérés. Pour les taxes sur les  ordures ménagères concernant les 61 communes que compte la wilaya de Batna, le recouvrement n’a été que de l’ordre de 194 millions de centimes seulement. L’un des points qui aurait pu mériter le plus d’intérêt est celui de l’énergie solaire. À ce sujet et face aux défis énergétiques qui se pointent à l’horizon, l’Algérie a tracé un programme national de développement des énergies qui s’étale jusqu’à 2030, et faisant ressortir qu’à long terme au moins 15% de l’électricité sera produite à partir du solaire. Actuellement 2.400.000 watts provenant d‘installations solaires, sont produits à travers le pays et mis à la disposition de centaines de foyers implantés dans le Tell et le Sahara. La vaste région des Aurès, qui englobe la wilaya d’Oum El Bouaghi, Batna, Khenchela et Tébessa, a mis progressivement en service à partir des années 90, des kits solaires ayant actuellement atteint une capacité totale de 90.000 watts pour le pompage des puits de parcours et les télécommunications. Diverses localités se sont à l’occasion se sont mises à  exploiter l’énergie solaire et certaines ont effectué leurs premiers pas dans le domaine en bénéficiant de l’installation de kits solaires pour éclairer les points noirs situés en milieu semi rural. Ces actions mises en valeur et concrétisées sur le terrain par le ministère des travaux publics, peuvent être suivies par d’autres secteurs de la vie active, tel que celui de la Sonelgaz, en procédant à titre d’exemple à l’alimentation en énergie électrique produite grâce à l’énergie solaire, d’îlots épars d’habitations et de zones difficiles d’accès. Outre la protection de l’environnement, l’un des points forts des installations solaires est le coût faible de l’investissement, la satisfaction facile des besoins énergétiques des foyers même les plus isolés, son utilisation dans divers domaines et la consommation presque gratuite de l’énergie électrique. Pour avoir une idée de base sur le sujet, il y a lieu d’indiquer que les Kits photovoltaïques collectifs et individuels actuellement exploités permettent dans un cadre simple à chaque foyer d’avoir de l’eau potable, d’utiliser 5 lampes pour l’éclairage, un réfrigérateur, un téléviseur et un ventilateur.

N. Bakha

Évaluer cet élément
(1 Vote)

Quotidien indépendant d’information édité par la E.U.R.L. Hippone Edition et Communication.

Rédaction & Publicité : 6, Place Tarek Ibn Ziad - Annaba

Rédaction: Tél & Fax : 038.45.90.15

Publicité: Tél-Fax : 038 45.90.16

Bureau de Constantine : Maison de la Presse Tél/fax: 031.61.60.79 

Bureau de Souk-Ahras : 8, place de l’Indépendance (ex place Thagaste )
Tél - fax : 037 31.08.53

Bureau de Skikda : 6, Rue Mostefa Benboulaïd  - Tél : 038 76.57.85