Monuments en périls

Le site archéologique de Timgad délimité

10 Fév 2018
96 fois

Entrant dans la cadre du programme national de protection et de mise à niveau des monuments et sites en périls, il sera prochainement procédé à une opération de clôture et de signalisation du fameux site archéologique de Timgad dans la wilaya de Batna. Prise en charge par le ministère de la culture, cette opération tant attendue par divers intervenants versés dans le domaine de la protection et de la sauvegarde du patrimoine culturel matériel et immatériel sera étendue à d’autres emplacements. La wilaya de Batna dispose de 17 sites archéologiques de valeur, entre ruines, monuments et édifices classés d’importance nationale et même internationale à savoir le mausolée des rois numides d’Imedghassen,  le site de Tazoult, ainsi que les villages anciens de Bouzina, Taghoust, Amentane, Menaa, Tobna et Tighinamine, dont plusieurs ne  sont pas protégés comme il se doit, selon une commission dépêchée il y a quelques de temps de cela et ayant effectué un diagnostic des lieux. Ces constatations sont partagées par des cadres locaux qui mettent en évidence la nécessité de protéger les sites contre les agressions diverses provenant des citoyens dont celle des jets d’ordures ménagères et d’ordures solides dans les alentours immédiats des sites archéologiques comme ceux de Lambèse. D’autres indicateurs plus forts laissent apparaître qu’une lutte sans recul, doit être engagée contre les criminels qui creusent, fouillent et profanent des tombes préhistoriques dans le but de s’emparer de précieux objets qu’ils écoulent sur le marché noir moyennant de fortes sommes d’argent. Nés pour rendre la vie difficile aux êtres humains, les profanateurs de tombes ne laissent tranquilles ni les vivants, ni les morts. Des actions ont certes été menées par la gendarmerie nationale et la direction de la culture de Batna, afin de protéger les sites archéologiques contre les pillards mais il reste beaucoup à faire pour entrevoir des horizons meilleurs. En effet, les principaux intervenants chargés de la surveillance et de la protection des sites archéologiques, ne peuvent rien faire, seuls, face à des ombres qui circulent, calculent, frappent dans le noir puis disparaissent sans laisser de traces. Les monuments et les sites non protégés sont à la merci de pillards et d’individus sans assise morale qui ne font aucune différence entre le présent, le passé et le futur. D’où la nécessité de clôturer ces espaces de les renforcer en dispositifs de surveillance et de sensibiliser les riverains pour qu’ils apportent leurs concours pour éviter entre-autres les dégâts et les saccages aux multiples conséquences préjudiciables à notre  mémoire collective.

Nasreddine Bakha

Évaluer cet élément
(1 Vote)

Quotidien indépendant d’information édité par la E.U.R.L. Hippone Edition et Communication.

Rédaction & Publicité : 6, Place Tarek Ibn Ziad - Annaba

Rédaction: Tél & Fax : 038.45.90.15

Publicité: Tél-Fax : 038 45.90.16

Bureau de Constantine : Maison de la Presse Tél/fax: 031.61.60.79 

Bureau de Souk-Ahras : 8, place de l’Indépendance (ex place Thagaste )
Tél - fax : 037 31.08.53

Bureau de Skikda : 6, Rue Mostefa Benboulaïd  - Tél : 038 76.57.85