Traitement des eaux usées à hauteur de 860.000 E/H

Démarrage des travaux d’extension de la Step

12 Fév 2018
254 fois

Les travaux d’extension de la station de traitement des eaux usées (Step) de Batna sont en phase de lancement, selon des sources officielles qui indiquent que la capacité de traitement des eaux usées dans ce site passeront de 200.000 équivalents habitants à 860.000 équivalents habitants. C’est, donc, un complexe de capacité de traitement appréciable dont il s’agit. Dotée d’une enveloppe de 250 milliards de centimes, cette opération d’extension consistant à construire une structure de 6 hectares non loin de la première station, a été jugée nécessaire dans la mesure où la station en question, qui traite les eaux usées et fournit de l’eau propre, est, actuellement, incapable de jouer convenablement son rôle du fait qu’elle a été construite pour prendre en charge 200.000 équivalents habitants (EH) alors que la ville de Batna a connu une expansion rapide et un accroissement de sa population, aujourd’hui évaluée, à 320.00 âmes. Pour rappel, une station d’épuration d’eau est constituée d’une structure et d’équipements utilisés sur les bases de techniques consistant à recycler les eaux usées en milieu naturel. Ces eaux usées purifiées se transforment en eaux propres destinées à être utilisées dans l’irrigation des champs agricoles y compris l’arboriculture mais excluant les maraîchères. Gérée par l’office national de l’assainissement, ONA, la STEP de Batna, a, pour rappel, connu un retard de réalisation de l’ordre de 30 ans. En effet, lancés en 1975, ces travaux ont vécu des arrêts consécutifs et prolongés et ce n’est qu’en 2005 qu’ils se sont achevés et que juste après il y a eu la mise en service de l’infrastructure en question.Dans le contexte de la protection des cours d’eau comme l’Oued Gourzi, traversant Batna et qui subit constamment une contamination latente, la  Step de Batna, demeure au retrait car elle n’est pas dotée d’équipements spéciaux pour le traitement des polluants tels les produits toxiques rejetés par les stations de lavage, de graissage ou encore les déchets provenant des abattoirs ou d’unités industrielles dont la tannerie. Les produits chimiques sont un danger permanent pour la faune et la flore et s’affichent comme étant des éléments nocifs menaçant la santé des riverains de l’oued, dont certains utilisent en cachette ces eaux polluées. L’une des solutions proposées en amont aux problèmes de contamination des cours d‘eau réside dans le fait d’instaurer des techniques permettant aux stations de lavage et de graissage, à titre d’exemple, de conserver les huiles usées des moteurs pour la recycler quelque part.

N B.

Évaluer cet élément
(1 Vote)

Quotidien indépendant d’information édité par la E.U.R.L. Hippone Edition et Communication.

Rédaction & Publicité : 6, Place Tarek Ibn Ziad - Annaba

Rédaction: Tél & Fax : 038.45.90.15

Publicité: Tél-Fax : 038 45.90.16

Bureau de Constantine : Maison de la Presse Tél/fax: 031.61.60.79 

Bureau de Souk-Ahras : 8, place de l’Indépendance (ex place Thagaste )
Tél - fax : 037 31.08.53

Bureau de Skikda : 6, Rue Mostefa Benboulaïd  - Tél : 038 76.57.85