Rassemblés devant le théâtre régional  

Les artistes soutiennent les manifestations pacifiques

12 Mar 2019
189 fois

Les artistes de la région des Aurès, se sont réunis en ce milieu de semaine devant le théâtre régional de Batna pour exprimer leur total soutien aux manifestations pacifiques contre le 5ème mandat du président Bouteflika. Ainsi, des hommes et des femmes de culture, joignent leurs voix à titre collectif aux revendications populaires. Un artiste s’exprime : « Nous sommes pour un changement radical du système. Nous disons oui à la paix, à la fraternité, aux aspirations des jeunes et à la liberté d’expression et non aux pratiques anciennes. ». Une comédienne enchaîne : « Nous nous sommes réunis main dans la main pour exprimer pacifiquement notre position à savoir celle de vivre dignement dans une Algérie démocratique. ». Des jeunes et moins jeunes ont, rappelons-le, organisé depuis le début des contestations pacifiques en date du 22 février 2019, des manifestations hostiles à Bouteflika et à tous ceux qui symbolisent le pouvoir. Avant-hier, la wilaya de Batna et ses principaux centres urbains ont connu une paralysie presque totale avec la fermeture de la plupart des commerces, des locaux assurant des services ainsi qu’un énorme dysfonctionnement dans divers secteurs de la vie active principalement celui des transports. En effet, les appels anonymes de grève générale et de désobéissance civile, lancés par le biais de Facebook, ont eu leur effet dans la wilaya de Batna, où la majorité des commerces ont baissé leurs rideaux. Des cafés, kiosques et épiceries, ont ouvert dans la matinée pour fermer une ou deux heures après. Toutefois, bon nombre de boulangeries, des pharmacies et des cabinets médicaux, ont assuré pour certains partiellement leurs services dans un environnement prédominé par la fermeture des écoles primaires, des collèges et des lycées. Quelques commerces sont pourtant restés ouverts. Un épicier dont le rideau était mi-fermé, s’insurge : « J’ai décidé de ne pas participer à la grève par conviction personnelle, tout en étant prêt à en assumer les conséquences. Il y a des bébés qui ont besoin de lait et des voisins qui me demandent avec insistance même par téléphone de leur fournir des produits de première nécessité et je ne peux pas ignorer leurs appels. ». La veille, des centaines de citoyens se sont rués vers les supérettes pour faire des provisions à échelle ouverte sous le regard d’autres qui n’avaient pas les moyens de faire quoi que ce soit face à une situation assez singulière. Les marchands de fruits et légumes ont été littéralement pris d’assaut et en quelques heures, tout a été écoulé et cédé à des groupes de personnes inquiètes qui n’ont laissé que des cageots vides malgré la hausse vertigineuse des prix des différents produits . Des gens cherchaient partout des tomates et de la pomme de terre sans en trouver. La tension a baissé par la suite et tout le monde a retrouvé son calme en abordant la journée initiale annoncée de grève générale. Un individu s’est approché d’un boulanger pour lui demander pourquoi il avait ouvert son commerce. Ce dernier lui a répondu : «  J’ai ouvert pour vendre du pain  aux pauvres. Toi, tu ne cherches pas le pain parce que tu as de l’argent et tu as acheté des sacs de semoule en quantité suffisante pour faire face à tout imprévu. ». Le message est passé et c’est ainsi qu’après une expérience d’une journée de grève , les citoyens en ont tiré les leçons !

Nasreddine Bakha

Dernière modification le lundi, 11 mars 2019 21:09
Évaluer cet élément
(2 Votes)

Quotidien indépendant d’information édité par la E.U.R.L. Hippone Edition et Communication.

Rédaction & Publicité : 6, Place Tarek Ibn Ziad - Annaba

Rédaction: Tél & Fax : 038.45.90.15

Publicité: Tél-Fax : 038 45.90.16

Bureau de Constantine : Maison de la Presse Tél/fax: 031.61.60.79 

Bureau de Souk-Ahras : 8, place de l’Indépendance (ex place Thagaste )
Tél - fax : 037 31.08.53

Bureau de Skikda : 6, Rue Mostefa Benboulaïd  - Tél : 038 76.57.85