Environnement

17 sites archéologiques nécessitent une protection accrue

14 Mar 2019
217 fois

Divers intervenants dans le cadre environnemental, interpellent les citoyens pour qu’ils respectent les sites archéologiques en évitant de déposer des déchets solides et de respecter leur cadre de vie qu’ils agressent malgré la présence de panneaux indiquant que les jets d’ordures de toutes sortes sont interdites dans ces zones protégées. Par ailleurs, les services de la protection du patrimoine archéologique, ont, à maintes reprises, procédé à l’arrêt de travaux de terrassement engagés dans la région des Aurès. Des arrêts immédiats de travaux ont été décidés sur les bases que les terrains ciblés faisaient partie du patrimoine archéologique qui ne doivent en aucun cas être touchés. Dans le contexte de la protection du patrimoine archéologique, spécifique, tout s’affiche clairement et tout verse dans le sens que les services chargés du volet, doivent être sur le qui-vive pour éviter des situations fâcheuses à l’exemple de dizaines de sépultures préhistoriques constituant une précieuse nécropole datant de l’époque berbère, ayant été endommagée, il y a quelques années de cela, suite à des travaux miniers engagés aux environs immédiats de Chemora, localité située à une cinquantaine de kilomètres de Batna-ville. En principe et dans des zones où existent des vestiges historiques, les maîtres d’ouvrage doivent en principe acquérir une autorisation de la conservation archéologique avant de creuser ou de construire quoi que ce soit. Il n’est un secret pour personne que les sites archéologiques sont en perpétuel danger à cause de facteurs humains. En plus du choix inadéquat de parcelles protégées, on relève des pillages et des saccages et du vol de pièces archéologiques dont a longtemps souffert la région des Aurès, où une lutte a été engagée contre les criminels qui touchent au patrimoine culturel, matériel et immatériel en profanant, entre autres, des tombes préhistoriques dans le but de trouver des bijoux et mettre la main sur de précieux objets archéologiques. En tout état de cause, une protection accrue est souhaitable du côté des 17 sites archéologiques de valeur entre ruines, monuments et édifices classés d’importance nationale et même internationale dont le mausolée des rois numides d’Imedghassen, les ruines romaines de Timgad, le site de Tazoult, ainsi que les villages anciens de Bouzina, Taghoust, Amentane, Menaa, Tobna et Tighinamine. 

N.B

Évaluer cet élément
(2 Votes)

Quotidien indépendant d’information édité par la E.U.R.L. Hippone Edition et Communication.

Rédaction & Publicité : 6, Place Tarek Ibn Ziad - Annaba

Rédaction: Tél & Fax : 038.45.90.15

Publicité: Tél-Fax : 038 45.90.16

Bureau de Constantine : Maison de la Presse Tél/fax: 031.61.60.79 

Bureau de Souk-Ahras : 8, place de l’Indépendance (ex place Thagaste )
Tél - fax : 037 31.08.53

Bureau de Skikda : 6, Rue Mostefa Benboulaïd  - Tél : 038 76.57.85