Changement

25 Mai 2017
229 fois

Abdelmalek Sellal s’en va. Abdelmadjid Tebboune s’installe. Il prend officiellement ses fonctions aujourd’hui. D’aucuns ont misé gros sur le maintien de Sellal à la tête du premier ministère. Sa désignation par Bouteflika pour mener les consultations avec les personnalités et les partis politiques a été vue comme un quitus du Président. La conjoncture et les nouveaux rapports de forces façonnés par le scrutin du 4 mai, ont finalement scellé le sort de l’ex- Premier ministre. Ce n’est pas que Sellal a failli dans sa mission, mais c’est plutôt le changement qui s’est imposé, pour ne pas dire que ce sont les résultats des élections qui commandent un changement. Bouteflika aura bien saisi l’appel du citoyen électeur. Aussi d’aucuns prêtent-ils, à tort d’ailleurs, à Sellal l’incapacité de rallier au gouvernement le MSP que le Président aurait souhaité « récupérer » comme allié. La formation de mokri a décliné cette offre plutôt pour mieux se préparer à « accaparer » le pouvoir, le refus du président du mouvement de quelques strapontins étant franc. Il est vrai qu’Abdelmalek Sellal n’a pas eu les coudées franches en raison de la crise économique qui a réduit grandement ses marges de manœuvres, mais, il s’en va la tête haute. Son quinquennat à la tête du premier ministère est jalonné d’actions de développement concrètes. Son suivi permanent de l’exécution du programme du Président aura été traduit sur le terrain par des réalisations, nombreuses, en rapport direct avec le vécu du citoyen à travers l’Algérie profonde. Le devenir politique de Sellal reste, cependant, inconnu, mais les spéculations vont déjà bon train. Certains pensent à un repli stratégique d’un commis de l’Etat que le système met en réserve pour la prochaine présidentielle. D’autres le prédestinent à une fin de carrière comme diplomate, et précisément comme ambassadeur à Paris, poste vacant depuis longtemps. Tebboune, devenu l’homme public par excellence, depuis qu’il est ministre de l’Habitat, a gagné en capital estime quand bien même il a mis sa griffe sur nombre de décisions impopulaires qu’il a bien assumées. Mais le nouveau locataire du palais du gouvernement devra faire face aux aléas de conjoncture qui risquent de mettre à rude épreuve l’efficacité qu’on lui prête.

Saïd Lamari 

Dernière modification le mercredi, 24 mai 2017 21:00
Évaluer cet élément
(0 Votes)

Quotidien indépendant d’information édité par la E.U.R.L. Hippone Edition et Communication.

Rédaction & Publicité : 6, Place Tarek Ibn Ziad - Annaba

Rédaction: Tél & Fax : 038.45.90.15

Publicité: Tél-Fax : 038 45.90.16

Bureau de Constantine : Maison de la Presse Tél/fax: 031.61.60.79 

Bureau de Souk-Ahras : 8, place de l’Indépendance (ex place Thagaste )
Tél - fax : 037 31.08.53

Bureau de Skikda : 6, Rue Mostefa Benboulaïd  - Tél : 038 76.57.85