Souveraineté

18 Jui 2017
178 fois

Tebboune et son gouvernement sont conscients des difficultés auxquelles fait face le pays. La crise s’installe dans la durée, et partant, les ressources à même de financer le développement, s’amenuisent. Inévitablement. Partant de ce constat, le gouvernement devra s’ingénier à trouver les solutions idoines pour trouver les gisements de financement de l’action publique sans recourir à l’endettement extérieur. L’entreprise ne relève pas de la sinécure, d’autant plus que les pouvoirs publics entendent poursuivre l’objectif du nouveau modèle économique, prôné par Abdelmalek Sellal. Présenté dans ses grands axes, le plan d’action du gouvernement Tebboune, ambitionne, vaille que vaille, de satisfaire les attentes sociales et elles ne sont pas des moindres. Le gouvernement est acculé, en cette conjoncture de vaches maigres, de veiller à la cohésion sociale, surtout. La stabilité sociale s’avère dans ces moments de crise une priorité. Du moins est-elle impérative dans la perspective de l’échéance politique majeure dans la vie du pays, l’élection présidentielle de 2019.Tebboune et son équipe gouvernementale devront aussi et parallèlement à la conduite de l’action de développement « gérer » cette perspective. Il faut dire aussi que le gouvernement n’a pas les coudées franches pour penser de véritables stratégies de développement. Il a tout juste les moyens pour prétendre colmater les brèches. L’Algérie qui a longtemps supporté le poids de l’endettement extérieur et pâti aussi sérieusement des conditions qui lui étaient imposées par ces bailleurs de fonds, la Banque Mondiale et le FMI, refuse les aléas d’un endettement externe et brandit la menace sur la souveraineté nationale. L’instruction émane du Président qui avait lui-même décidé la politique de désendettement. Cette instruction appelle à une gouvernance qui mise sur les solutions nationales aux problèmes nationaux.

Saïd Lamari 

Évaluer cet élément
(0 Votes)

Quotidien indépendant d’information édité par la E.U.R.L. Hippone Edition et Communication.

Rédaction & Publicité : 6, Place Tarek Ibn Ziad - Annaba

Rédaction: Tél & Fax : 038.45.90.15

Publicité: Tél-Fax : 038 45.90.16

Bureau de Constantine : Maison de la Presse Tél/fax: 031.61.60.79 

Bureau de Souk-Ahras : 8, place de l’Indépendance (ex place Thagaste )
Tél - fax : 037 31.08.53

Bureau de Skikda : 6, Rue Mostefa Benboulaïd  - Tél : 038 76.57.85