«Clarifications»

13 Aoû 2017
225 fois

Je vous jure devant Dieu que c’est le président de la République qui gère le pays et c’est lui qui est l’auteur des dernières instructions ! Tout ce qui ce dit à droite et à gauche n’est que de la spéculation… » Le secrétaire Général du parti FLN, Djamel Ould Abbès s’est fait fort de préciser hier devant les journalistes que les dernières instructions et le recadrage furieux du Premier ministre ont été l’œuvre du président de la République. Ould Abbès, tenait visiblement, hier, lors d’un point presse organisé à l’issue d’une conférence du parti sur les élections locales, à mettre fin aux spéculations et surtout être le premier «officiel» à démentir les allégations des médias et des acteurs politiques selon lesquelles, Bouteflika n’était pas informé des fameuses instructions adressées au Premier ministre, relayées par Ennahar tv. Cette affaire a provoqué une grande polémique et alimenté de multiples scénarios y compris celui qui voudrait que ce soit Ouyahia voire Said Bouteflika qui sont allés à la rescousse des hommes d’affaires contre Tebboune. Et en l’absence d’un communiqué dûment diffusé par l’agence officielle l’APS ou sur le JT de l’ENTV, les commentaires sont allés bon train sur une « soi-disant » lutte au sommet de l’Etat. Et pour cause, les informations de la chaine Ennahar tv ne pouvaient pas êtres prises pour argent comptant surtout que celle-ci est habituée à user de la manipulation. Mais voilà que le secrétaire général du FLN donne du crédit à ces instructions en jurant la main sur le cœur qu’elles émanent véritablement du chef de l’Etat. «C’est le président de la Rrépublique qui est le patron. Les dernières instructions prouvent aussi que ce qui se dit ici et là est faux», tranche Ould Abbès. Aux questions  insistantes des journalistes il ajoutera ceci : «Le président n’est pas une mer, mais un océan. Nous ne savons pas forcément ce qu’il fait, mais nous savons que ses instructions commencent à être appliquées sur le terrain», affirme –t-il précisant : «vendredi les marchandises ont commencé à sortir des ports». Djamel Ould Abbès a redoublé d’ingéniosité pour convaincre la presse que c’est le président de la république qui gère et qui décide contrairement à ce que disent des acteurs politiques. «Quand le président de la République, qui est le président du parti, parle, il n’y a plus de discussions et il n’y a plus de débat. Nous, on exécute ». Est-ce pour autant la fin de la polémique ? Pas sûr surtout que l’auteur  de ces «clarifications» est connu pour ses déclarations sans lendemain destinées à amuser la galerie. De nombreux observateurs mettent en doute l’authenticité des instructions prêtées au président de la République notamment celles qui reprochaient au Premier ministre d’ouvrir un front contre les hommes d’affaires. Certains ont même cru déceler une crise au sommet de l’Etat entre des hommes influents à la présidence et le Premier ministre coupable d’avoir lancé une croisade contre les hommes d’affaires. Ould Abbès semblait hier balayer toute cette histoire et soutient que c’est le président qui gouverne. «Les dernières instructions prouvent qu’il y a un président de la République qui suit et qui tranche».

Imane B

Évaluer cet élément
(0 Votes)

Quotidien indépendant d’information édité par la E.U.R.L. Hippone Edition et Communication.

Rédaction & Publicité : 6, Place Tarek Ibn Ziad - Annaba

Rédaction: Tél & Fax : 038.45.90.15

Publicité: Tél-Fax : 038 45.90.16

Bureau de Constantine : Maison de la Presse Tél/fax: 031.61.60.79 

Bureau de Souk-Ahras : 8, place de l’Indépendance (ex place Thagaste )
Tél - fax : 037 31.08.53

Bureau de Skikda : 6, Rue Mostefa Benboulaïd  - Tél : 038 76.57.85