Volte-face ?

29 Oct 2017
176 fois

Quelques semaines à peine après avoir rendu public un arrêté pour lancer un avis d’appel permettant de créer de nouvelles chaînes de télévisions privées, le gouvernement fait une volte-face. Il annonce que le texte, publié dans le Journal officiel, va être revu. Il veut surtout tenir compte de l’existence des chaînes qui émettent actuellement à partir de l’étranger.L’annonce a été faite, hier, par le ministre de la Communication Djamel Kaouane. « L'arrêté d'appel à candidatures sera réétudié de nouveau, en concertation avec les acteurs concernés, pour qu'il réponde aux exigences de développement du paysage médiatique audiovisuel algérien d'aujourd'hui », a en effet indiqué le ministre de la Communication, cité par l’agence officielle, APS. Il a expliqué que l'arrêté, « tel qu'il a été émis, ne répond pas aux ambitions et aux avancées déjà accomplies par les médias audiovisuels algériens », ajoutant que « nous sommes une même famille, nous sommes à leur écoute. Nous avons pris en considération leurs avis, et nous allons   réétudier ce dossier pour qu'il soit en phase avec les progrès fulgurant dans le domaine audiovisuel et des technologies ». «En réponse aux sollicitations et aux remarques de la grande famille de l'audiovisuel algérien, l'arrêté d'appel à candidatures sera revu puisque nous avons pris en compte leurs formulations », a encore précisé Djamel Kaouane.
Le ministre évoquait un arrêté lancé pour l'attribution de 7 autorisations pour la création de 7 services de diffusion télévisuelle, aux thématiques liées aux actualités politiques, économiques, sociales (programmes composés d'informations, reportages, analyses et commentaires, débats et conférences), culture, jeunesse, art culinaire, découvertes, séries et divertissements, sports. Le gel de ce décret, pourtant publié au Journal officiel, signifie que la situation ne changera pas de sitôt. Car, une application du cahier des charges de l’activité audiovisuel n’est visiblement pas à la portée de tout le monde. A commencer par des exigences financières difficiles à surmonter : rien que pour déposer le dossier d’agrément, il faut verser au Trésor public la somme de 100 millions de dinars (10 milliards de centimes). A cela, les promoteurs doivent trouver deux autres associés (la loi exige que pour chaque télévision, il y ait au moins 3 associés, dont un est journaliste avec des apports qui ne dépassent pas 40% au maximum). Des exigences très contraignantes que ne peuvent satisfaire les actuels propriétaires des chaînes activant sur la scène médiatique. Cherche-t-on donc à préserver le statu quo ?

 Akli Ouali

Évaluer cet élément
(0 Votes)
Plus dans cette catégorie : « Reconnaissance

Quotidien indépendant d’information édité par la E.U.R.L. Hippone Edition et Communication.

Rédaction & Publicité : 6, Place Tarek Ibn Ziad - Annaba

Rédaction: Tél & Fax : 038.45.90.15

Publicité: Tél-Fax : 038 45.90.16

Bureau de Constantine : Maison de la Presse Tél/fax: 031.61.60.79 

Bureau de Souk-Ahras : 8, place de l’Indépendance (ex place Thagaste )
Tél - fax : 037 31.08.53

Bureau de Skikda : 6, Rue Mostefa Benboulaïd  - Tél : 038 76.57.85