A vous de jouer !

24 Fév 2019
205 fois

Ils nous auront longtemps bernés avec leur prétendu soutien populaire à la personne du président Bouteflika  pour justifier un autre mandat, un mandat vraiment de trop. Face à un peuple dégouté et déconnecté, ils pensaient pouvoir le mener à la baguette comme ils veulent. Ce fut une grossière erreur. Ce vendredi 22, ce peuple qui a tant souffert et tant résisté à ses récurrentes volontés de l’infantiliser à rugi. Il a éructé sa colère écumeuse face à un pouvoir irresponsable qui a usé et abusé de sa patience. Ce fut un jour historique. Un jour fondateur de l’algérianité perdue depuis des années voire des décennies. Ce peuple qui a sacrifié ses prétentions démocratiques et ses exigences sociales sur l’autel de la décennie noire et du chantage à la stabilité, a fini par exploser dans la rue. On a trop tiré sur la corde. Ce très controversé cinquième mandat  est vécu comme une agression, comme une atteinte à son amour propre et sa dignité. L’arrogance des promoteurs d’une rallonge de vie à un système pourri a eu raison de sa légendaire patience. Il n’en pouvait plus. On a tant et tant de fois osé parler en son nom-même sa parole, a souvent été détournée dans l’urne. Il a fini par comprendre que la démonstration de sa force devait se faire dans la rue devant les yeux du monde. Et il l’a fait avec éclat et classe ! Le pouvoir et sa clientèle ont été dénudés. Non, et mille non, ce brave peuple n’est pas mort. Dans les quatre coins de cette Algérie martyrisée depuis la Révolution à nos jours, le peuple est sorti comme un seul homme dire au système : Va-t-en ! Casse-t-toi ! Il serait vraiment malheureux de ne pas décrypter ce message franc et massif d’une jeunesse qui ne veut plus servir de dindon des farces qui se jouent depuis des décennies. Les décideurs, civils et militaires, sont mis en demeure de tirer les bonnes conclusions de cette insurrection citoyenne comme on n’en a jamais vue depuis très longtemps. Il y va de l’avenir de ce grand pays qui a été longtemps mis en sursis par un système anti populaire qui veut régner à jamais avec ses hommes, ses femmes et ses moyens. Il y a désormais un avant et un après 22 février 2019. La peur a changé de camp pour reprendre la fameuse formule de feu Réda Malek. D’Annaba à Oran en passant par Alger, Constantine Tizi Ouzou, Sétif, Tiaret et tous les coins et recoins d’Algérie, le peuple a voté massivement hier. Ce fut un référendum pour une autre Algérie libérée de ce système liberticide dans laquelle le peuple recouvrera sa souveraineté pleine et entière sur tous les pouvoirs. Le pouvoir doit avoir la lucidité de concrétiser honnêtement les exigences politiques de ce peuple en éruption décidé plus que jamais à se faire entendre. A commencer par le 18 avril qui doit être le début d’un renouveau national basé sur le strict respect du choix du peuple. Ce dernier qui a montré la voie hier, a toutes les raisons du monde de rêver d’une autre Algérie que celle détestable de l’irresponsable coordinateur du parti FLN qui aura prouvé que même un jeune apprenti politique peut être habité de démons. Ne lui en déplaise, le printemps de l’’Algérie belle et rebelle au système qui l’emploie ne sera que plus beau.

Imane B  

Évaluer cet élément
(0 Votes)

Quotidien indépendant d’information édité par la E.U.R.L. Hippone Edition et Communication.

Rédaction & Publicité : 6, Place Tarek Ibn Ziad - Annaba

Rédaction: Tél & Fax : 038.45.90.15

Publicité: Tél-Fax : 038 45.90.16

Bureau de Constantine : Maison de la Presse Tél/fax: 031.61.60.79 

Bureau de Souk-Ahras : 8, place de l’Indépendance (ex place Thagaste )
Tél - fax : 037 31.08.53

Bureau de Skikda : 6, Rue Mostefa Benboulaïd  - Tél : 038 76.57.85