Virage ?

25 Avr 2019
198 fois

Le chef d’état-major est-il revenu à de meilleurs sentiments s’agissant de la voie à suivre pour mettre fin à la crise politique ambiante ? La nouvelle version, revue et corrigée de son discours d’avant-hier  à la 1ère région militaire, rendue publique hier, apporte en effet des éclairages nouveaux qui permettent d’envisager un changement de cap plutôt positif. Après avoir fermé la porte à toute autre solution en dehors d’une élection présidentielle le 4 juillet prochain avec les mêmes acteurs de l’ancien régime, Ahmed Gaid Salah rouvre subitement la porte à d’autres perspectives. Désormais en plus des «solutions possibles» c’est-à-dire constitutionnelles, il dit approuver toute «proposition constructive et «initiatives utiles allant dans le sens du dénouement de la crise et menant le pays vers la paix». A la bonne heure ! C’est exactement ce que le peuple qui marche depuis la démission de l’ex Président Bouteflika appelle de ses vœux. L’organisation contre vents et marées d’une élection présidentielle le 4 juillet prochain avec le même gouvernement, le même arsenal juridique et le même dispositif institutionnel est en effet peu réaliste et contraire à l’engagement pris de rendre la parole au peuple. Un peuple qui est, précisément, sorti dans la rue dans tout le pays pour réclamer le dégagement de tous les hommes ayant été complices de l’ancien régime. Gaid Salah qui a maintenu le cap du navire chavirant avec Bensalah comme commandant de bord, s’est rendu compte qu’il navigue à vue au milieu d’un peuple remonté contre ce qu’il considère comme une trahison. Il faut croire que le spectacle affligeant offert par les fameuses consultations politiques boycottées y compris par le maître de cérémonie, Abdelkader Bensalah, a donné à réfléchir au commandement de l’armée que la voie constitutionnelle mène droit vers l’impasse politique. Il fallait donc corriger le tir et relier les passerelles avec le peuple et la classe politiques sans lesquels, aucune solution n’est possible alors même que la situation commande de régler urgemment la crise politique. Ceci d’autant plus que l’arrestation de l’homme d’affaire Issaad Rebrab et son emprisonnement a donné l’occasion à certains milieux de crier au scandale des règlements de comptes claniques. Mais l’embarquement hier de nouveaux responsables et hommes d’affaires donne désormais plus de crédit à ces opérations même s’il est naïf de penser que la justice a agi seule, tant Gaid Salah lui-même reconnaît qu’il lui a demandé «d’accélérer les poursuites contre les corrompus». Et tant qu’on y, est toutes les personnes suspectées d’avoir touché de l’argent sale, doivent être présentées devant la Justice. La crédibilité de l’opération et des engagements du chef de l’armée passent par l’ouverture de tous les dossiers de corruption sans exceptions pour lever tout soupçon de règlement de comptes. Le peuple ne pourra qu’applaudir.

Imane B  

Dernière modification le mercredi, 24 avril 2019 20:47
Évaluer cet élément
(0 Votes)

Quotidien indépendant d’information édité par la E.U.R.L. Hippone Edition et Communication.

Rédaction & Publicité : 6, Place Tarek Ibn Ziad - Annaba

Rédaction: Tél & Fax : 038.45.90.15

Publicité: Tél-Fax : 038 45.90.16

Bureau de Constantine : Maison de la Presse Tél/fax: 031.61.60.79 

Bureau de Souk-Ahras : 8, place de l’Indépendance (ex place Thagaste )
Tél - fax : 037 31.08.53

Bureau de Skikda : 6, Rue Mostefa Benboulaïd  - Tél : 038 76.57.85