Baromètre 

08 Mai 2019
79 fois

La participation qui dépasse les espérances en ce mois de Ramadan, des étudiants à Alger et dans les grandes villes du pays aux habituelles manifestations hebdomadaires de chaque mardi, montre et démontre que la mobilisation reste intacte.    Beaucoup et sans doute surtout les tenants des nouveaux pouvoirs pensaient que les choses allaient se tasser et que le jeûne allait pousser les étudiants à rester chez eux au lieu de poursuivre les manifs.  Erreur. Ils étaient des dizaines de milliers d’étudiants à avoir bravé hier la fatigue, la faim et le soleil pour  sortir crier leurs attachement au départ du système  avec ses Bensalah, Bedoui et leurs dépendances. Ce fut un premier test grandeur nature quant au maintien ou pas de la mobilisation citoyenne.  Faiblement les étudiants ont donné l’exemple et la preuve que l’insurrection populaire a encore de beaux jours devant elle et qu’elle ne cède pas aux considérations religieuses. Hier, ils ont marché, crié, chanté et hurlé leur colère le ventre creux tous drapés de l’emblème national. Ils ne veulent rien lâcher et ce, quelque soient les épreuves à endurer et les conditions physiques à supporter. Les vaillants étudiants ont donc confirmé que la protestation citoyenne contre le régime résiduel va se poursuivre même durant ce mois sacré du Ramadan. Il n’est plus question de reculer maintenant que le peuple est tout près de recouvrer pour la première fois sa souveraineté. Les étudiants ont donné hier une sacrée dose de courage aux marcheurs du vendredi qui vont pour la douzième fois «vendre dire» au chef d‘état-major de l’armée, et au chef d’Etat par intérim qu’il n’est pas question d’accepter le dialogue et encore moins une élection présidentielle pour le 4 juillet. Les manifestations nationales du vendredi  ont ceci de décisif qu’elles vont confirmer une bonne fois pour toute au pouvoir que le peuple algérien ne reculera désormais devant rien pour défendre ses acquis et pousser les forces d’inertie dans leurs derniers retranchements. Le tandem Bensalah - Gaid va entendre la réponse massive et décisive des algériens sur ce «dialogue institutionnel» qui s’apparente à un cautère sur une jambe de bois. Le peuple va aussi prendre ses distances avec tous ces agendas politiques concoctés par le même régime et qui ne le concernent guère. Plus que jamais, le peuple en ébullition depuis plus de deux mois, ne veut plus de parodie de dialogue et de simulacre d’élections. Il veut que les visages honnis du Bouteflikisme disparaissent et qu’une voie vertueuse et consensuelle soit ouverte pour sortir le pays de cette impasse intégrale.

Imane B .

Évaluer cet élément
(1 Vote)
Plus dans cette catégorie : « Hors sol ? Indésirable »

Quotidien indépendant d’information édité par la E.U.R.L. Hippone Edition et Communication.

Rédaction & Publicité : 6, Place Tarek Ibn Ziad - Annaba

Rédaction: Tél & Fax : 038.45.90.15

Publicité: Tél-Fax : 038 45.90.16

Bureau de Constantine : Maison de la Presse Tél/fax: 031.61.60.79 

Bureau de Souk-Ahras : 8, place de l’Indépendance (ex place Thagaste )
Tél - fax : 037 31.08.53

Bureau de Skikda : 6, Rue Mostefa Benboulaïd  - Tél : 038 76.57.85