Polémique

13 Juil 2020
81 fois

La réouverture des mosquées est une question très sensible qui cristallise les tensions entre différents acteurs des secteurs des Affaires religieuses et de la société dans sa globalité. Signe de cette tension : les appels qui se multiplient ces derniers sur les réseaux sociaux en faveur d’un rassemblement national en « faveur de la réouverture des mosquées, une initiative restée sans suite. Mais pour autant le problème est plus que jamais posé et avec d’autant plus d’acuité qu’il met en opposition des instances qui sont censées accorder leurs violons pour éviter les démons de la Fitna. Hier, le Conseil National Indépendant des Imams (CNII), a appelé à la réouverture, au moins «de façon graduelle» des mosquées, estimant que sa requête était plausible, désormais. Il en veut d’autant qu’il a accompagné sa revendication par une somme de propositions tendant à respecter les mesures préventives de lutte contre le Covid-19 en vigueur. Sur ce plan, le Conseil prône le maintien de la fermeture des salles d’ablution, celles réservées aux femmes, l’accomplissement de la prière dans les espaces ouverts des mosquées qui en disposent et sur tapis individuels, le retrait des livres saints et autres chapelets à usage collectif; le tout en observant un strict respect de la distanciation physique, autant que faire se peut. S’agissant du sacrifice du mouton de l’AID, le Conseil se prononce aussi en faveur du maintien de la pratique, considérant qu’aucune donnée scientifique n’a établi de démonstration que le rituel puisse contribuer à la propagation du coronavirus. Cet avis aussi tranché en faveur à la fois de la reprise des prières et du sacrifice de l’Aïd El ADHA est aux antipodes de la position officielle incarnée d’abord par le ministère des Affaires religieuses et de la Commission de la Fetwa. Ainsi, lors d’un récent passage à la radio nationale, Youcef Belmehdi, ministre des Affaires religieuses avait déclaré que « la réouverture des mosquées est une décision relevant du Gouvernement et que c’est lui et lui seul qui est habilité à l’annoncer sur la base de l’avis de la Commission scientifique. « Les experts scientifiques qui connaissent la véritable situation sanitaire ont confirmé que les conditions sanitaires actuelles ne permettent pas la réouverture des mosquées », disait-il, à l’appui de son propos. Mohamed Belmehdi, tout en disant « comprendre l’impatience des fidèles à retourner dans les maisons de Dieu », met en garde « ceux qui perturbent le travail des autorités et des experts et appelle à la vigilance. L’évolution de la situation épidémiologique de ces derniers jours, avec des pics de cas positifs dans certaines wilayas donne plutôt raison au ministre des Affaires religieuses. La commission de la Fetwa s’exprimant quant à elle au sujet du sacrifice du mouton trouve qu’il « est encore trop top pour trancher », alors qu’un député du FLN, Abdelwahab Benzaim, a proposé de renoncer au à l’usage devant les risques que l’égorgement puisse servir d’amplificateur de la pandémie, du fait de la convivialité propre à la célébration de l’AID. Quelle sera la bonne, ou d’ailleurs la mauvaise décision qui sera prise. C’est au président de la République de trancher en dernier ressort.

H.Khellifi

Évaluer cet élément
(0 Votes)
Plus dans cette catégorie : « Allah Yestar… Sacrifice »

Quotidien indépendant d’information édité par la E.U.R.L. Hippone Edition et Communication.

Rédaction & Publicité : 6, Place Tarek Ibn Ziad - Annaba

Rédaction: Tél & Fax : 038.45.90.15

Publicité: Tél-Fax : 038 45.90.16

Bureau de Constantine : Maison de la Presse Tél/fax: 031.61.60.79 

Bureau de Souk-Ahras : 8, place de l’Indépendance (ex place Thagaste )
Tél - fax : 037 31.08.53

Bureau de Skikda : 6, Rue Mostefa Benboulaïd  - Tél : 038 76.57.85