Le Professeur dit….

10 Aoû 2020
531 fois

Loin du discours politique qu’on a l’habitude d’entendre auprès des responsables, le Pr Mohamed Belhocine, par ailleurs président de la cellule en charge des enquêtes épidémiologiques, met les mots sur les maux. Hier et en direct à la radio, le scientifique à dit crument ses quatre vérités quitte à provoquer des poussées de fièvre chez certains milieux politiques qui nous invitent- comble de l’irresponsabilité- à rouvrir tout ce qui a été fermé et revenir à la vie d’avant ! Le Pr Behocine nous dit au moins deux choses qui doivent nous inquiéter au plus haut point et nous inciter à plus de vigilance. D’abord que le virus du COVID-19 est désormais disséminé dans les quatre coins de l’Algérie et pas une seule wilaya n’échappe au terrible virus. Qu’ensuite, le nombre de contaminations enregistré à savoir un peu plus de 33 000 cas, ne représente en réalité que…10% de la population dépistée. Autrement dit, il y aurait des milliers, voire peut être des dizaines de milliers d’Algériens qui trainent la COVID-19 dans leurs corps sans qu’ils ne présentent aucun symptôme de cette maladie. Un diagnostic glaçant de l’éminent Professeur qui ne pratique pas la politique politicienne ni n’obéit à une quelconque considération sauf à son observation en tant que praticien au long court. En d’autres termes, M. Belhocine nous explique que 9 cas sur 10 qui sont porteurs du virus et ne sont pas diagnostiqués dans la société et donc errent tranquillement dans la nature…. Que Dieu nous en préserve ! Il en veut pour preuve que les enquêtes épidémiologiques sont «très importantes dans ce genre de contaminations», car, dit-il, «ce virus est partout et on ne voit qu’une partie qui se trouve chez les gens qui partent à l’hôpital». Et, sachant que les moyens de dépistage en Algérie sont limités, il est aisé de deviner l’ampleur des contaminations dans la «vraie vie». D’où l’importance explique notre Pr des mesures du «confinement et les espacements physiques» pour éviter la circulation active du virus. Or, ces précisions scientifiques du président de la cellule en charge des enquêtes épidémiologiques, sur le nombre réel des contaminations en Algérie, interviennent au moment où le gouvernement s’apprête à rouvrir les mosquées, les cafés et les restaurants, réputés être des «incubateurs» de la Covid-19. N’est-ce pas qu’il y a une incohérence stratégique ? Surtout que nous autres les Algériens avons prouvé que nous sommes de mauvais pratiquants des mesures barrières.

  Imane B  

Évaluer cet élément
(0 Votes)

Quotidien indépendant d’information édité par la E.U.R.L. Hippone Edition et Communication.

Rédaction & Publicité : 6, Place Tarek Ibn Ziad - Annaba

Rédaction: Tél & Fax : 038.45.90.15

Publicité: Tél-Fax : 038 45.90.16

Bureau de Constantine : Maison de la Presse Tél/fax: 031.61.60.79 

Bureau de Souk-Ahras : 8, place de l’Indépendance (ex place Thagaste )
Tél - fax : 037 31.08.53

Bureau de Skikda : 6, Rue Mostefa Benboulaïd  - Tél : 038 76.57.85