C'était juste une blague...

29 Déc 2020
1910 fois

L'autorisation de l'importation des véhicules de moins de trois ans, validée en conseil des ministres et adoptée dans le cadre de la loi de Finances 2020, n'est finalement qu'une blague. Une blague de mauvais goût servie à des Algériens enthousiastes à l'idée d’acquérir enfin un véhicule plus au mois récent à un prix raisonnable. Sans rire, le ministre de l'Industrie, Ferhat Ait Ali, qui était le promoteur, "l'explicateur" et le parrain de cette offre publique de vente populaire de voiture nous apprend que la loi n'est " ni reportée, ni suspendue, mais tout simplement inapplicable". Voilà pour la longue attente de nos compatriotes qui ont eu le malheur de prendre pour argent comptant la belle promesse du ministre et du gouvernement ! Le propos ici n'est pas de plaider "l'applicabilité" et l'opportunité économique de recourir à ce type d'importation de véhicules censé avoir fait l'objet d'une étude et d'une expertise en amont avant même que le gouvernement ne l'intègre dans le cadre de la loi de Finances 2020. Comment et par quel miracle, la vision de l'exécutif a-t-elle changé en mois d'une année, sachant que l'importation des véhicules usagés a été remise en cause à partir du mois de septembre dernier ? Le gouvernement est-il à ce point incapable de voir plus clair au-delà d'un trimestre ? Est-il logique de changer de stratégie en un laps de temps aussi court ? Comment se fait-il que le ministre de l'Industrie qui n'a pas été capable de produire un simple cahier des charges, n'a pas su vérifier l'applicabilité de la décision avant de l'adopter sous forme de loi ? Autant de questions qui mettent Ferhat Ait Ali et le gouvernement Djerad devant leur responsabilité. Ils ont clairement manqué d'anticipation et peut être même de compétence. S'ils n'ont pas pu jauger à temps l'opportunité économique d'une mesure aussi simple, qu’en sera-t-il dans la conduite des grands dossiers qui nécessitent, sérieux, rigueur, expertise, et obligation de résultat comme la relance de l'industrie moribonde à propos de laquelle le ministre en charge de ce département, a produit de la littérature plus que des mesures allant dans le sens de la performance. Les exemples de l'ENIEM et de l’ENIE paralysées par des grèves à cause des ruptures d'intrants et d'argent frais, illustrent on ne peut mieux les errements d'un ministère prisonnier des polémiques qu'il produit, juste pour s'assurer une présence médiatique. Pour Ferhat Ait Ali et d'autres ministres du gouvernement Djerad, 2020 aura été une année sabbatique. Une année d'apprentissage du bla-bla officiel qui tient lieu de programme. Il est loin le temps où ce ministre donnait des leçons sur tout et rien sur les plateaux de télévision. Maintenant qu'il est aux commandes, il semble avoir intériorisé les codes du système qui consistent à parler ... pour ne rien dire. Vous attendez encore des véhicules âgés de moins en trois ans ? Réveillez-vous, c'était juste pour rire....

Imane B.

 

Évaluer cet élément
(1 Vote)

Quotidien indépendant d’information édité par la E.U.R.L. Hippone Edition et Communication.

Rédaction & Publicité : 6, Place Tarek Ibn Ziad - Annaba

Rédaction: Tél & Fax : 038.45.90.15

Publicité: Tél-Fax : 038 45.90.16

Bureau de Constantine : Maison de la Presse Tél/fax: 031.61.60.79 

Bureau de Souk-Ahras : 8, place de l’Indépendance (ex place Thagaste )
Tél - fax : 037 31.08.53

Bureau de Skikda : 6, Rue Mostefa Benboulaïd  - Tél : 038 76.57.85