Les recettes de Mohamed Charfi

09 Fév 2021
2074 fois

Le président de l’Autorité nationale des élections (ANIE), Mohamed Charfi, revient à nouveau sur le contenu de l’avant-projet de la loi électorale, en cours de finalisation. Invité, hier, au Forum de la radio algérienne, le premier responsable de l’ANIE évoque plusieurs questions qui continuent de susciter la polémique. La première concerne la lutte contre les fraudes électorales et l’assainissement du fichier électoral. Il plaide, dans ce sens, pour l’utilisation du numéro d’identification nationale attribué par le ministère de l’Intérieur à chaque citoyen qui se fait délivrer une carte d’identité pour assainir le fichier électoral. « Ce numéro, d’autant qu’il est propre à chaque citoyen, permettra d’éliminer les doubles inscriptions sur le fichier national. Nous essayons au niveau de l’ANIE de l’adopter comme une garantie supplémentaire à la transparence de l’opération électorale », affirme-t-il. La question de l’assainissement du fichier électoral revient, rappelons-le, de manière itérative et à chaque rendez-vous électoral. Et toutes les promesses des autorités d’en finir avec cette problématique n’ont pas été tenues. Evoquant le volet concernant le contrôle du financement de la campagne électorale pour lequel la première mouture de l’avant-projet de la loi électorale consacre plusieurs dispositions, Mohamed Charfi indique que « cette question sera placée, dès les prochaines élections, sous la loupe de l'Autorité nationale indépendante des élections ». Rappelant que ce volet relevait jusque-là de l’autorité stricte du Conseil constitutionnel qui se contentait d’une simple vérification du respect de la réglementation. Selon lui, désormais, le financement des campagnes reviendra à une commission spécialisée de l'ANIE « qui sera composée de représentants du Conseil d'Etat, de la Cour Suprême, de la Cour des comptes, de la Haute instance de lutte contre la corruption ». Mohamed Charfi a souligné également que « les enquêtes sur le financement, dans les cas de soupçons, devraient être déclenchées, au plus tard six mois après la tenue de l'élection, avec une possibilité de saisir la Justice, concernant le volet pénal de l’affaire. Revenant sur la contrainte concernant la confection des listes de candidatures aux élections locales et législatives pour les partis n’ayant pas obtenu un score de 4% des suffrages lors des précédents scrutins, Mohamed Charfi révise sa position. Il s’est dit favorable à la réduction de ce seuil pour encourager les petits partis à prendre part aux joutes électorales et éviter l’abstention qui prend de l’ampleur ces dernières années.  

Samir R

Dernière modification le lundi, 08 février 2021 21:26
Évaluer cet élément
(0 Votes)

Quotidien indépendant d’information édité par la E.U.R.L. Hippone Edition et Communication.

Rédaction & Publicité : 6, Place Tarek Ibn Ziad - Annaba

Rédaction: Tél & Fax : 038.45.90.15

Publicité: Tél-Fax : 038 45.90.16

Bureau de Constantine : Maison de la Presse Tél/fax: 031.61.60.79 

Bureau de Souk-Ahras : 8, place de l’Indépendance (ex place Thagaste )
Tél - fax : 037 31.08.53

Bureau de Skikda : 6, Rue Mostefa Benboulaïd  - Tél : 038 76.57.85