Vol au-dessus des derricks !

25 Fév 2021
3778 fois

Abdelaziz Djerad a annoncé, hier, à partir de Hassi R’mel, l’émission d’un mandat d’arrêt international contre le principal accusé dans l’affaire de corruption relative à l’acquisition par Sonatrach de la raffinerie d’Augusta. « Le Pôle pénal économique et financier a ouvert une enquête sur l’affaire de la raffinerie d’Augusta, dans laquelle un mandat d’arrêt international a été émis contre le principal accusé », a indiqué le Premier ministre, dans un discours prononcé à l’occasion de la célébration du 50ème anniversaire de la nationalisation des hydrocarbures et du 65ème anniversaire de la création de l’UGTA. « Nous continuerons à poursuivre en justice tous les responsables impliqués dans les affaires de corruption et les tentatives d’atteinte à l’économie nationale », a-t-il souligné. Dans les comptes rendus des médias, le nom de Abdelmoumen Ould Kaddour n’a été cité nulle part ; pourtant tous les Algériens savent qu’il est le principal « architecte » de ce coup tordu, qui a coûté plus de 720 millions de dollars à Sonatrach. Ouvert par la Cour suprême, le dossier a été transféré au pôle pénal financier de Sidi M’hamed. C’est lui qui poussé la compagnie nationale d’hydrocarbures à s’endetter pour un tas de ferraille, dont l’âge dépasse 70 ans. C’est encore lui qui est impliqué dans des affaires de surfacturation, en tant qu’ancien PDG de Sonatrach au moment des faits. En plus de Abdelmoumen Ould Kaddour, il y’a aussi Chakib Khelil. Les deux hommes ont fait perdre à Sonatrach en un temps très court, ce qu’elle n’a pas perdu depuis sa création ! Le préjudice financier, qu’ils ont causé à cette compagnie emblématique, dont l’évolution est inséparable de la nationalisation des hydrocarbures, est énorme. Le premier réside en France et le second aux Etats-Unis où ils mènent une vie royale, après avoir tout planifié pour assurer leurs arrières. Dans les deux pays, ils ont établi des liens et construit des réseaux, dans le but de demeurer hors d’atteinte de la justice, qui est aujourd’hui appelée à aller au fond des choses, en ne se limitant pas aux frontières des lampistes. Abdelmoumen Ould Kaddour et Chakib Khelil doivent être entendus et jugés comme l’ont été Ahmed Ouyahia, Abdelmalek Sellal et tous les autres. Leurs dossiers doivent être suivis avec la plus grande rigueur. Il y va de l’image de Sonatrach et de l’Algérie dans le monde. Le sacrifice de tous ceux qui ont relevé le défi de la nationalisation ne doit pas être vain.

  Mohamed M 

Évaluer cet élément
(0 Votes)

Quotidien indépendant d’information édité par la E.U.R.L. Hippone Edition et Communication.

Rédaction & Publicité : 6, Place Tarek Ibn Ziad - Annaba

Rédaction: Tél & Fax : 038.45.90.15

Publicité: Tél-Fax : 038 45.90.16

Bureau de Constantine : Maison de la Presse Tél/fax: 031.61.60.79 

Bureau de Souk-Ahras : 8, place de l’Indépendance (ex place Thagaste )
Tél - fax : 037 31.08.53

Bureau de Skikda : 6, Rue Mostefa Benboulaïd  - Tél : 038 76.57.85