Commençons par nos archives !

28 Mar 2021
1968 fois

Coup de théâtre et retour de flamme. En plein débat vif à propos du rapport de Benjamin Stora et ses préconisations sur l'ouverture des archives de la guerre d'Algérie aux historiens à laquelle le président Macron a donné une suite favorable, des chercheurs et historiens algériens viennent de faire la même demande au président Abdelmadjid Tebboune d'ordonner l'ouverture des archives nationales. Le fait est assez important et inédit pour ne pas être souligné. C'est la première fois que des chercheurs sur l'histoire de la révolution algérienne s'adressent directement au chef de l'État pour réclamer qu'il veuille bien leur permettre l'accès libre à ces documents historiques que Abdelmadjid Chikhi a cadenassé depuis des décennies dans "son" "Centre des Archives Nationales" ! Près de 300 entre historiens, chercheurs et universitaires viennent en effet d'adresser au Président une lettre ouverte accompagnée d'une pétition, réclamant l'ouverture des archives datant du mouvement national et de la guerre d'indépendance. Comme quoi le blocage de l'accès à ces millions de précieux documents n'est pas uniquement le fait de la France ! Il est en effet pour le moins bizarre que Abdelmadjid Chikhi s'époumone à chaque occasion -du bout des lèvres il est vrai - sur le devoir de la France de restituer les archives de la guerre d'Algérie, alors même qu'il interdit lui même aux chercheurs de son pays de consulter nos propres archives !  Il y a un peu plus d'un mois, il avait révélé que l'ouverture de certaines archives nationales à la consultation libre n'était pas recommandable en ce qu'elles pouvaient provoquer des "soucis à certaines familles". Chikhi suggérait que les aïeuls de ces familles décrétés "héros" dans le récit officiel, avaient en réalité un passif plutôt contre révolutionnaire.  Comprendre, que ces documents vont révéler une autre histoire de la guerre de libération que celle enseignée dans les écoles à nos enfants. Plus grave encore, que des personnalités et des familles entières qui auront largement profité des privilèges de la famille dite "révolutionnaire" n'étaient en réalité que des collaborateurs de l'armée française. Voilà un aveu qui jette un sérieux discrédit sur l'histoire officielle et qui remet à la surface le scandale des faux Moudjahidine. Il faut donc se féliciter de ce que des universitaires réclament l'accès à ces archives que Chikhi couvre du secret d'Etat. On ne peut pas construire une nation sur le déni, et plus grave encore, sur la base d'une histoire rafistolée et arrangée. S'il est légitime de demander à la France de restituer les archives de la guerre d'Algérie, la levée du secret d'État sur nos propres archives qui sommeillent dans les coffres forts du Centre national des Archives de Chikhi, l'est encore plus. En l'occurrence, il est plus qu'urgent de réécrire la vraie histoire de la guerre de libération nationale quitte à en éjecter des personnes et des familles ayant indignement confisqué la victoire et les fruits du sacrifice des enfants de cette Algérie profonde.  Tôt ou tard, il arrivera le jour où la vérité sera séparée des faux semblants.

Imane B.

 

Évaluer cet élément
(0 Votes)

Quotidien indépendant d’information édité par la E.U.R.L. Hippone Edition et Communication.

Rédaction & Publicité : 6, Place Tarek Ibn Ziad - Annaba

Rédaction: Tél & Fax : 038.45.90.15

Publicité: Tél-Fax : 038 45.90.16

Bureau de Constantine : Maison de la Presse Tél/fax: 031.61.60.79 

Bureau de Souk-Ahras : 8, place de l’Indépendance (ex place Thagaste )
Tél - fax : 037 31.08.53

Bureau de Skikda : 6, Rue Mostefa Benboulaïd  - Tél : 038 76.57.85