Incertitudes

30 Mar 2021
1228 fois

Le président de l’Autorité Nationale Indépendante des élections (ANIE) a dû être contraint de démentir la rumeur, ou plutôt les rumeurs. Elles courent en effet depuis quelques jours faisant état du report éventuel des élections législatives du 12 juin en prévision desquelles le corps électoral a été convoqué et l’opération de retrait des dossiers de candidature touche presque à sa fin. Mohamed Charfi qui intervenait hier sur la radio Jil FM, a estimé qu’il n’y avait pas «d’indice» probant sur la possibilité du report des élections législatives et que sa structure planche normalement sur les préparatifs techniques et organisationnels de cet événement. Le fait est que c’est la première fois qu’un «officiel» a été amené à s’exprimer sur cette éventualité, alors même que les préparatifs vont bon train, en témoigne le battage des médiatique depuis l’annonce de la date du scrutin par le président Tebboune. Aussi paradoxale qu’elle puisse paraître, la question de la tenue effective des législatives à la date prévue est sujette à une sourde polémique dans les salons algérois. Et pour cause ! Quasiment tous les partis communément désignés «camp démocratique», à savoir le RCD, le Parti des Travailleurs, le MDS et désormais l’UFCP de Zoubida Assoul ont déjà annoncé leur décision de boycotter le scrutin. Le FFS qui a pourtant répondu à l’invitation du président Tebboune aux consultations politiques, semble aller lui aussi vers la non-participation. Son premier secrétaire, Youcef Aouchiche, a en effet déclaré lors de son passage à Canal Algérie, que ces élections constituent un «passage en force». Il est clair qu’un tel constat sans appel s’accommode difficilement avec une participation du parti de Hocine Ait Ahmed. Ceci d’autant plus que ses militants notamment dans son fief en Kabylie sont catégoriquement hostiles à l’option des élections étant partie prenante du Hirak. Et si le boycott du FFS au terme de son conseil national prévu le 3 avril prochain est décidé, le pouvoir court le risque politique d’organiser des législatives avec la bonne vieille clientèle qui se recrute parmi le courant des islamo-conservateurs qui constitue la base sociale du régime de Bouteflika. Mis à part le mouvement de Djaballah et Jil Jadid de Soufiane Djilali qui ont annoncé leur participation, l’Algérie risque d’élire au soir du 12 juin prochain une Assemblée Populaire Nationale qui sera une pâle copie de celle qui avait servi le Bouteflikisme.  

Imane B.   

Dernière modification le lundi, 29 mars 2021 21:57
Évaluer cet élément
(1 Vote)

Quotidien indépendant d’information édité par la E.U.R.L. Hippone Edition et Communication.

Rédaction & Publicité : 6, Place Tarek Ibn Ziad - Annaba

Rédaction: Tél & Fax : 038.45.90.15

Publicité: Tél-Fax : 038 45.90.16

Bureau de Constantine : Maison de la Presse Tél/fax: 031.61.60.79 

Bureau de Souk-Ahras : 8, place de l’Indépendance (ex place Thagaste )
Tél - fax : 037 31.08.53

Bureau de Skikda : 6, Rue Mostefa Benboulaïd  - Tél : 038 76.57.85