Ould Kaddour donne un coup de pied dans la fourmilière   

«Sonatrach gérée comme une administration»

11 Oct 2017
827 fois

«Beaucoup  de choses ne sont pas normales à la Sonatrach.  A titre d’exemple, le premier jour où j’ai été installé, j’ai eu la surprise de trouver sur la table dans le bureau du précédent PDG, des dizaines de parapheurs.Donc, je me suis dit est-ce cela le métier de PDG de Sonatrach ?» Ces mots extrêmement durs sont sortis de la bouche de l’actuel patron de la Compagnie nationale des hydrocarbures, Abdelmoumène Ould Kaddour. Cela fait longtemps qu’on n’a pas entendu un responsable de cette trempe parler ainsi de l’entreprise qu’il dirige. Lors d’une conférence de presse, le PDG de Sonatrach s’est laissé aller hier à des commentaires acidulés sur la gestion du groupe public censé être un modèle. «Qu’est-ce que cela démontre ? », a-t-il demandé. Et de répondre : «Que Sonatrach était et est toujours une entreprise purement bureaucratique et administrative et non pas économique.» Hier, journalistes et cadres dirigeants ayant assisté à cette prise de parole, n’en croyaient pas leurs oreilles. Le patron de la première entreprise d’Algérie et d’Afrique aussi,  a décrit un géant aux pieds d’argile à travers un constat accablant sur sa gestion interne qui n’a rien à voir avec les standards universels. Le ton était grave. Abdelmoumène Ould Kaddour a brossé un tableau sombre d’une firme que tout le monde considérait comme  une fierté nationale. Il va donc falloir tout revoir de fond en combe en terme de règles de gestion. Mais si le propos était sévère, le PDG impute la responsabilité au climat malsain né de la série de scandales de corruption qui avaient ébranlé l’entreprise et terni gravement son image de marque durant les années 2009-2010. «L’Entreprise qui est passée par des étapes difficiles notamment depuis les années 2010 avec tous les scandales qui ont eu lieu. Les gens étaient traumatisés. Les dirigeants ne fonctionnaient plus et ne prenaient plus de décisions. Donc, ce qui était économique est devenu administratif. Pour prendre une décision il fallait attendre beaucoup de temps. Or, quand il faut prendre une décision à un moment donné il faut la prendre, on ne peut se permettre d’attendre», a-t-il expliqué. En tout état de cause, ce constat sans concession du premier responsable et malgré sa causticité, laisse augurer un meilleur avenir à la Sonatrach, en ce sens que ce diplômé du fameux Massachusetts Institut semble décidé à retrousser les manches pour moderniser sa gouvernance.

Imane B

Évaluer cet élément
(0 Votes)

Quotidien indépendant d’information édité par la E.U.R.L. Hippone Edition et Communication.

Rédaction & Publicité : 6, Place Tarek Ibn Ziad - Annaba

Rédaction: Tél & Fax : 038.45.90.15

Publicité: Tél-Fax : 038 45.90.16

Bureau de Constantine : Maison de la Presse Tél/fax: 031.61.60.79 

Bureau de Souk-Ahras : 8, place de l’Indépendance (ex place Thagaste )
Tél - fax : 037 31.08.53

Bureau de Skikda : 6, Rue Mostefa Benboulaïd  - Tél : 038 76.57.85