Après ses propos sur le Maroc

L’Etat fait bloc derrière Messahel

26 Oct 2017
302 fois

Beaucoup pensait que le ministre des Affaires étrangères, Abdelkader Messahel, était sur une corde raide après sa violente charge contre le Maroc qu’il a réduit à un pays producteur et exportateur de drogue. Et bien, il vient de recevoir un soutien franc et massif du Premier ministre, c’est-à-dire des hautes autorités de l’Etat. «Nous sommes solidaires avec le gouvernement, que le Maroc s’en émeuve, tant pis ou tant mieux», a répliqué sèchement et sans hésitation Ahmed Ouyahia qui était hier l’invité de la radio chaine III. Du coup, l’hypothèse selon laquelle le ministre des Affaires étrangères aurait été lâché après sa «gaffe» ne tient plus la route. Le gouvernement algérien confirme au contraire qu’il assume totalement les propos controversés d’Abdelkader Messahel qui s’en était pris à la politique du royaume du Maroc en Afrique. Il avait en effet accusé ce pays d’utiliser sa compagnie aérienne, Royal Air Maroc, de transporter la drogue qui fait office «d’investissements». Messahel a même révélé avoir eu ces confidences de la part de certains dirigeants africains. Il n’en fallait plus pour que le makhzen rue dans les brancards et déclenche un plan de riposte contre l’Algérie. Dans un communiqué au vitriole, le ministère des Affaires étrangères de sa majesté a dénoncé des déclarations «irresponsables» de Messahel, et convoqué pour explication le chargé d’affaires algérien à Rabat. Plus grave encore, l’ambassadeur du royaume a été rappelé pour consultations en signe de protestation. C’est dire que les commentaires du MAE Algériens a provoqué une crise diplomatique que le Maroc veut opportunément exploiter pour «casser» de l’Algérie et la désigner du doigt comme un empêcheur de coloniser en rond le Sahara occidental. Il se confirme désormais que les déclarations de Messahel n’étaient pas faites par inadvertance mais bel et bien réfléchies. Il y a apparemment une volonté des autorités algériennes de changer de stratégie en vers le Maroc qui lui, ne  rate aucune occasion pour s’attaquer violemment à notre pays. La meilleure défense c’est l’attaque, dit-on, il faut croire qu’Alger, en a marre de subir la tension du makhzen en faisant à chaque fois preuve de sagesse pour ne pas envenimer la situation. Le fait est que c’est la première fois que l’Algérie tient un discours aussi musclé à l’égard du Maroc. Même quand un voyou marocain avait profané l’emblème national, un premier novembre en 2013 au Consulat d’Algérie à Casablanca, les autorités n’ont pas jugé utile de répondre à la provocation. D’où cette question de savoir pourquoi maintenant ? Certains observateurs n’hésitent pas à faire le parallèle avec le débat interne sur la crise financière , voire la présidentielle de 2019 qui polarisent l’actualité. Le Maroc apparait, à leurs yeux comme le parfait «client» pour ressouder le front interne fragilisé et détourner  l’attention. Il est vrai que Rabat et Alger, ont longtemps agité ce chiffon rouge pour se sortir des polémiques internes. Un peu comme l’enseigne l’adage : quand il y a du feu à la maison, on cherche la victime ailleurs.Une lecture qui se tient d’autant plus que l’ancien ministre des Affaires étrangères, Ramtane Lamara, n’avait jamais tenu un langage aussi cru à l’égard du Maroc même quand celui-ci, dépassait les limites du bon voisinage.  

Imane B

Dernière modification le mercredi, 25 octobre 2017 20:38
Évaluer cet élément
(0 Votes)

Quotidien indépendant d’information édité par la E.U.R.L. Hippone Edition et Communication.

Rédaction & Publicité : 6, Place Tarek Ibn Ziad - Annaba

Rédaction: Tél & Fax : 038.45.90.15

Publicité: Tél-Fax : 038 45.90.16

Bureau de Constantine : Maison de la Presse Tél/fax: 031.61.60.79 

Bureau de Souk-Ahras : 8, place de l’Indépendance (ex place Thagaste )
Tél - fax : 037 31.08.53

Bureau de Skikda : 6, Rue Mostefa Benboulaïd  - Tél : 038 76.57.85