Collectivités territoriales

Enfin de vrais maires !

12 Mar 2018
356 fois

Le ministre de l’intérieur des Collectivités locales et de l’Aménagement du territoire, Noureddine Bedoui a promis hier à Alger qu’un projet de loi relatif aux collectivités territoriales va accorder de  «larges prérogatives aux APC et APW». Ce projet devrait d’après lui, «consolider et définir les prérogatives de l’élu dans différents domaines». C’est en soi une très bonne chose que le maire élu au suffrage universel puisse enfin jouir des prérogatives qui auraient dû être les siennes en tant que premier magistrat de la commune. Il était temps ! Les élus des APC ne sont jusque là, que de simples axillaires de l’administration ne disposant pas de réels pouvoirs dés lors qu’une délibération peut être rendue caduque par une décision d’un chef de Daïra qui agit comme un contre pouvoir face à celui des élus. Combien de projets en effet ont été purement et simplement abandonnés par le simple fait d’un veto d’un chef de Daïra dont le pouvoir dépasse largement celui du maire ? De fait, les collectivités locales ont été réduites quasiment à gérer l’Etat civil et à entretenir la voirie. Il va sans dire que la majorité des communes- prés de 800 d’après certaines sources-, sont déficitaires et ne disposent même pas du minimum requis pour faire fonctionner la municipalité.   Dans ces cas le P-APC ne sont que des « faire valoir » installés juste pour respecter les formes. Face aux demandes incessantes des citoyens administrés, ils ne savent plus à qui se vouer.Ce constat est largement vérifiable dans les quatre coins du pays y compris dans certaines communes de la capitale. Aujourd’hui que l’argent ne coule plus à flot, on demande aux maires de gagner de l’argent pour financer des projets de développement local que le budget de l’Etat ne peut plus prendre en charge. L’intention est bonne mais encore faut-il donner à ces communes et leur maire les moyens d’agir pour aller chercher l’argent en les autorisant à libérer  l’investissement local au lieu d’attendre l’accord préalable d’Alger. Repenser les prérogatives maires est un premier jalon pour booster les collectivités locales de sorte à les rendre les premiers acteurs du développement de leur commune. Les pouvoirs publics gagneraient à se départir de la vision électoraliste qui voit dans les communes de simples réservoirs de voix qu’on mobilise à chaque échéance. Rendre le pouvoir au président d’APC est donc une condition sine qua non pour espérer créer une dynamique économique. Le gouvernement n’a d’ailleurs plus le choix dès lors que les caisses de l’Etat se vident de plus en plus avec un baril mois rémunérateur. Pour ce faire, le ministre de l’Intérieur a raison d’évoquer une mise à niveau des maires pour qu’ils soient en phase avec les exigences de leurs missions. C’est dire que la formation des élus locaux aux règles de gestion modernes s’impose notamment en matière de finances. Il est à espérer que ce ne sera pas de la poudre aux yeux.  Les maires étant au pied du mur depuis très longtemps. 

Imane B

Dernière modification le dimanche, 11 mars 2018 20:02
Évaluer cet élément
(0 Votes)

Quotidien indépendant d’information édité par la E.U.R.L. Hippone Edition et Communication.

Rédaction & Publicité : 6, Place Tarek Ibn Ziad - Annaba

Rédaction: Tél & Fax : 038.45.90.15

Publicité: Tél-Fax : 038 45.90.16

Bureau de Constantine : Maison de la Presse Tél/fax: 031.61.60.79 

Bureau de Souk-Ahras : 8, place de l’Indépendance (ex place Thagaste )
Tél - fax : 037 31.08.53

Bureau de Skikda : 6, Rue Mostefa Benboulaïd  - Tél : 038 76.57.85