Un mulet dans un abattoir clandestin

Psychose dans les marchés

20 Mai 2018
765 fois

Sans un alarmisme de mauvais alois, la découverte le week-end dernier, d’un mulet dans un abattoir clandestin sis entre Sissaoui et l’ONAMA, continue de susciter moult interrogations au sein de la population. C’est la psychose qui s’est installée, à dire vrai, dans les marchés de la ville. Cette affaire, touchant faut-il le rappeler à la santé publique, ne devrait pas passer sans sanctions. Nombreux sont effectivement ces abattoirs clandestins qui échappent au contrôle des services vétérinaires de la wilaya. Les propriétaires de ces abattoirs « illégaux » commercialisent leurs viandes au vu et au su de tout le monde. Il suffit de faire une virée du côté du marché couvert de Daksi, à titre indicatif,  pour se rendre compte de la gravité de la situation. De la viande bovine, notamment, qui n’est surtout pas estampillée,  cédée à des prix dérisoires. Quant à la viande hachée, elle est vendue à des prix quatre fois moins chers que chez les bouchers de la cité. Idem pour la volaille. Des poulets égorgés et déplumés dans des conditions d’hygiène le moins que l’on puisse dire ahurissantes. Et le hic dans cette histoire d’abattage clandestin, le citoyen continue d’acheter ou plutôt de consommer une viande dont l’origine est plus que douteuse. Et ce n’est certainement pas une simple opération de contrôle de routine suivie d’un P.V de fermeture d’un mois, et même plus, qui va régler, à notre humble avis, ce problème de ces abattoirs clandestins qui poussent comme des champignons, selon les dires d’un cadre de la direction du commerce.  Ce dernier qui reconnaît que  la situation est vraiment préoccupante, estime tout de même,  que la solution à cette problématique  existe toujours. Elle consiste, selon lui, à multiplier surtout ces opérations de contrôle. Quant au citoyen, il a, lui aussi, sa part de responsabilité dans la commercialisation de ces viandes d’origine plus que douteuse. Des  mesures plus fermes devraient être certainement prises avant qu’il ne soit trop tard, contre ces individus impliqués dans cette affaire. Ces derniers devraient servir de leçon à d’autres, a tenu à dire le propriétaire d’une boucherie sise au centre-ville. En attendant les conclusions de l’enquête diligentée par les services concernés, la vigilance demeure de mise.

M.K

Dernière modification le samedi, 19 mai 2018 17:46
Évaluer cet élément
(0 Votes)

Quotidien indépendant d’information édité par la E.U.R.L. Hippone Edition et Communication.

Rédaction & Publicité : 6, Place Tarek Ibn Ziad - Annaba

Rédaction: Tél & Fax : 038.45.90.15

Publicité: Tél-Fax : 038 45.90.16

Bureau de Constantine : Maison de la Presse Tél/fax: 031.61.60.79 

Bureau de Souk-Ahras : 8, place de l’Indépendance (ex place Thagaste )
Tél - fax : 037 31.08.53

Bureau de Skikda : 6, Rue Mostefa Benboulaïd  - Tél : 038 76.57.85