Annaba: Affaire du navire MANISA KRISTIN

Le port réclame 185 milliards

12 Fév 2019
989 fois

MANISA KRISTIN, un navire type General Cargo Ship, battant  pavillon Néerlandais vient de faire l’objet d’une saisie conservatoire, après une opération de contentieux engagé par  le port d’Annaba qui réclame une indemnisation  estimée à 185 milliards de centimes de dommages et intérêts. Ceci représente les prestations de services assurées par l’entreprise portuaire d’Annaba, apprend-on de source crédible. Actuellement, les deux parties sont en négociations très avancées, dit-on, afin d’éviter que cette affaire soit portée devant le tribunal administratif d’Annaba. Toujours selon la même source, le navire en question, actuellement à quai, qui a lancé des signaux de détresse au large du cap de Fer (Skikda) pour panne de moteur, a fait l’objet, durant la journée du 24 janvier dernier, caractérisée par une forte tempête, d’une assistance technique (remorquage), à partir du large de Chetaibi, assurée par l’entreprise portuaire d’Annaba. Ce jour-là, précise-t-on, le bateau Manisa Kristin, chargé de rond-à-béton, était à destination des côtes tunisiennes. Le navire est tombé en panne pour un problème de moteur, alors qu’il naviguait à la limite des wilayas d’Annaba et de Skikda. En panne de propulsion, le Manisa Kristin, a été pris en charge dans des conditions de navigation très défavorables quelque temps après avoir lancé un signal de détresse, par le remorqueur de haute-mer de l’entreprise portuaire d’Annaba. Il a été placé au mouillage au niveau d’un poste à quai au port marchand d’Annaba. Ce navire a fait l’objet également d’une enquête approfondie par les services de sécurité algériens, dans le cadre de la saisie de plus de 300 kilogrammes de cocaïnes au large du port de Skikda. La drogue dure a été découverte quelques temps après que ce navire ait lancé des signaux lumineux. Le bateau suspect, au même titre que les membres d’équipage, dont la majorité de nationalité Russe, ont été passés au peigne-fin par les enquêteurs. Du côté de l’entreprise portuaire, l’on affirme qu’en cas de problème, « en mer, l’assistance à personne en danger est gratuite. Mais pas l’assistance aux biens. En clair si vous demandez une assistance pour remorquer votre bateau en panne, vous allez devoir payer le remorquage. » En règle générale, le bateau qui demande assistance, le paiement des prestations des services est prévu par la loi, dont les tarifs appliqués correspondent aux frais engagés. 

B. Salah-Eddine

Dernière modification le lundi, 11 février 2019 20:16
Évaluer cet élément
(0 Votes)

Quotidien indépendant d’information édité par la E.U.R.L. Hippone Edition et Communication.

Rédaction & Publicité : 6, Place Tarek Ibn Ziad - Annaba

Rédaction: Tél & Fax : 038.45.90.15

Publicité: Tél-Fax : 038 45.90.16

Bureau de Constantine : Maison de la Presse Tél/fax: 031.61.60.79 

Bureau de Souk-Ahras : 8, place de l’Indépendance (ex place Thagaste )
Tél - fax : 037 31.08.53

Bureau de Skikda : 6, Rue Mostefa Benboulaïd  - Tél : 038 76.57.85