Après la désignation d’un gouvernement

Bouteflika annonce sa démission

02 Avr 2019
619 fois

Ce qui devait être une rumeur ces derniers jours, est devenu une réalité : Abdelaziz Bouteflika va démissionner dans les jours à venir. Par le biais d’un communiqué de la présidence de la République, les Algériens apprennent que le chef de l’Etat remettra sa démission avant la fin de son actuel mandat, c’est-à-dire le 28 avril prochain. « La nomination du nouveau gouvernement en date du 31 mars 2019 par son Excellence M. Abdelaziz Bouteflika, Président de la République, sera suivie par d’importantes décisions qu’il prendra, conformément aux dispositions constitutionnelles, à l’effet de permettre d’assurer la continuité du fonctionnement des institutions de l’Etat durant la période de transition qui s’ouvrira à la date à laquelle il décidera sa démission», indique un communiqué de la présidence de la République. «Ladite démission du président de la République interviendra avant le 28 avril 2019, date de la fin de son mandat électif», ajoute le communiqué. Cette annonce intervient 24 heures après la désignation d’un nouveau gouvernement qui devra « gérer les affaires courantes ». Le gouvernement de Noureddine Bedoui, visiblement composé dans l’urgence, devra accompagner le nouveau chef de l’Etat dans ses nouvelles missions jusqu’à l’élection d’un nouveau président de la République. Parmi les décisions que prendra Abdelaziz Bouteflika avant de démissionner, figure la nomination de nouveaux membres du Conseil de la nation. Suivra ensuite l’élection d’un nouveau président du Sénat, ce qui permettra d’éloigner l’option Abdelkader Bensalah de la future composante du pouvoir. Il est très fort probable que Ramtane Lamamra, qui vient de quitter ses fonctions de ministre des Affaires Etrangères, sera le président par intérim. Ce qui pose la question sur la réaction des Algériens qui ont déjà refusé sa présence. A coté de cela, Abdelaziz Bouteflika pourra installer la commission nationale de préparation des élections et probablement proposer la révision de la loi électorale pour qu’elle soit acceptable par un grand nombre. Les premières réactions à ces décisions sont plutôt mitigées. L’opposition, comme une partie des manifestants, considèrent que l’application de l’article 102 de la constitution est désormais dépassée par les évènements.

Akli Ouali

Dernière modification le lundi, 01 avril 2019 21:01
Évaluer cet élément
(0 Votes)

Quotidien indépendant d’information édité par la E.U.R.L. Hippone Edition et Communication.

Rédaction & Publicité : 6, Place Tarek Ibn Ziad - Annaba

Rédaction: Tél & Fax : 038.45.90.15

Publicité: Tél-Fax : 038 45.90.16

Bureau de Constantine : Maison de la Presse Tél/fax: 031.61.60.79 

Bureau de Souk-Ahras : 8, place de l’Indépendance (ex place Thagaste )
Tél - fax : 037 31.08.53

Bureau de Skikda : 6, Rue Mostefa Benboulaïd  - Tél : 038 76.57.85