Imprimer cette page

Forte mobilisation contre la présidentielle

Le Vendredi de Gaïd Salah

18 Mai 2019
967 fois

Nouvelle démonstration de force des Algériens. Malgré toutes les tentatives de déstabilisation et de détournement, le mouvement populaire maintient le cap et refuse de changer de trajectoire. La confirmation est intervenue à l’occasion du 13e vendredi de manifestation. Malgré le Ramadhan et la chaleur qui commence à s’installer dans le pays, des marrées humains ont déferlé, peu après 14h00, dans toutes les villes du pays. A Alger, comme à Annaba, Constantine, Oran, Bejaia, Bordj Bou-Arréridj, Tizi Ouzou et Sétif, des millions de manifestants ont battu le pavé en scandant des slogans démontrant que ce peuple a un but qu’il s’est engagé à réaliser : instaurer une Etat démocratique et un Etat de droit. Ils soupçonnent ainsi le chef d’Etat-major de l’ANP, Ahmed Gaïd Salah de vouloir les détourner de cet objectif en instaurant une dictature militaire. « Gaïd Salah dégage ! », « Djeich Dyalna wa el Gaïd Khan-nena (l’armée est la nôtre et le Gaïd Salah nous a trahi) » et « un Etat civil et non pas militaire », lancent les manifestants, dont la foule paraissait plus dense que lors des manifestations de vendredi dernier. Les manifestants ont commencé à affluer vers l’esplanade de la Grande   poste, point de ralliement des manifestations, dès les premières heures du   matin. Pour empêcher les manifestants d’occuper le perron de la grande poste, un important dispositif policier a été mis en place pour boucler l’esplanade de la Grande Poste. Et face aux tentatives des manifestants de reconquérir cet espace, les forces de l’ordre ont fait usage de gaz lacrymogène et de violence contre des manifestants armés, seulement, de slogans et de rêve d’un changement pacifique du système. Il a fallu attendre l’arrivée des grands renforts des manifestants pour « libérer » enfin cet endroit et contraindre les agents de police à se retirer, sous les cris de « la police dégage ! ». Comme pour les semaines dernières, les gendarmes et les policiers ont été aussi instruits de renforcer les barrages au niveau de tous les axes routiers menant vers la capitale. Tentative avorté de rallier le mouvement à Gaïd Salah Après avoir tenté d’organiser une manifestation de soutien à Gaïd Salah, jeudi dernier au niveau de la Grande Poste, qui a été un grand échec, les tenants du pouvoir ont envoyé des groupes de jeunes, vêtu de gilets de couleur ranges portant la mention de « Djeich-Chaab Khawa Khawa » pour tenter de prêcher en faveur de la feuille de route du chef d’Etat-major. Peine perdue. Les manifestants ont vite repéré ces groupes, avant de les chasser en reprenant en chœur le slogan de « Gaïd Salah dégage ! », tout en traitant ces « volontaires » de « cachiristes ». La détermination paie toujours. Dès la fin de la prière de vendredi, les manifestants regroupés avaient été rejoints par de nombreux autres citoyens et avaient sillonné les rues de la capitale criant leur opposition à la tenue de la prochaine présidentielle et réclamant le « départ des figures de l’ancien système ». La marche d’Alger a été aussi marquée par la présence de nombreux élus locaux venus d’autres wilayas, notamment de Béjaïa, Tizi-Ouzou, Boumerdès et Bouira qui ont participé aux manifestations pacifiques pour soutenir les revendications populaires.

Samir Rabah

Évaluer cet élément
(1 Vote)