Des millions d’Algériens au 14ème Vendredi

Non au plan de Gaïd Salah

25 Mai 2019
801 fois

Le chef d’Etat-major de l’ANP, Ahmed Gaïd Salah perd la bataille du Hirak. Ayant tenté, depuis le mois de février dernier, de gagner la sympathie des manifestants, il a fini par tout perdre ou presque. Son discours de lundi dernier où il s’est entêté à maintenir l’organisation d’une présidentielle en juillet prochain n’a fait qu’accentuer la colère des millions de manifestants qui sont sortis, dans les quatre coins du pays, pour réaffirmer leur opposition à l’agenda du pouvoir qui vise à coiffer la révolution et à imposer le remise sur rail de l’ancien régime. En effet, les manifestants ne sont pas allés de main morte pour charger violemment le premier militaire du pays, accusé d’accointance avec « la 3issaba (la bande) ». A Alger, comme à Annaba, Oran, Constantine, Tizi Ouzou, Sétif, Bejaia et dans pratiquement l’ensemble des wilayas du Nord du pays, des millions de personnes ont marché pour dire non « au pouvoir des militaires ». La mobilisation a dépassé, effectivement, toutes les prévisions. Des hommes et des femmes, des jeunes et des vieux ainsi que des enfants ont démontré la détermination des Algériens à en finir avec le bricolage et mettre en place un Etat démocratique bâti sur des bases solides. C’est ce que nous avons constaté à Alger où, en dépit, de la répression et de l’état de siège instauré pour empêcher l’arrivée des renforts de manifestants des wilayas limitrophes dont certains ont été renvoyés et d’autres conduits dans les commissariats, des centaines de milliers de manifestants ont envahi les différents boulevards et places de la capitale. C’est notamment à la Grande poste et à la place Audin que les centaines de milliers de manifestants ont convergé, donnant suite à un impressionnant mouvement de foule qui exprime, sans détour, son rejet d’un scénario à la Sissi en Egypte. « Fi l’Algérie, makench Sissi (En Algérie, il n’y a pas Sissi en référence au maréchal qui s’est accaparé du pouvoir En Egypte) », scande les manifestants. Emblèmes et pancartes à la main, les protestataires ont également repris en chœur divers slogans hostiles à Ahmed Gaïd Salah, qualifié « de protecteur des traîtres ». « Djeich, chaab Khawa Khawa, wa El Gaïd Salah ma3a el Khawana (le peuple et l’armée sont unis, mais Gaïd Salah est avec les traitres) », « Gaid Salah dégage ! » et « Gaïd Salah chiyat el Imarat (Gaïd Salah, laudateur des émirats arabe unis) », scandent les manifestants. Ces derniers se montrent de plus en plus déterminés à chasser tous les représentants de l’ancien régime. Ils expriment aussi leur rejet de l’Etat militaire que les tenants du régime tentent d’instaurer petit à petit. « Hada echaab la yourid, hokm el 3askar en min Djadid (Ce peuple ne veut pas d’un retour du pouvoir militaire », lancent-il. Parallèlement à la volée du bois vers administrée à Gaïd Salah, les marcheurs réitèrent également leur rejet de l’élection présidentielle, prévue pour le 4 juillet prochain. « Makench intikhabat, y a l3issabat (il n’y aura pas d’élections espèce de bandes) », scandent également les manifestants. Ces derniers s’opposent aussi aux tentatives de division des rangs du mouvement populaire en jouant sur les clivages régionalistes et identitaires. « Ya Ldjihawi ruh khtina, ladzair kbira wa tkfina (eh régionaliste tu n’as rien à faire parmi nous, l’Algérie est très vaste et elle nous accueillera tous », précisent-ils encore, en exigeant le départ de Bensalah et du gouvernement Bedoui.

Samir Rabah

Évaluer cet élément
(1 Vote)

Quotidien indépendant d’information édité par la E.U.R.L. Hippone Edition et Communication.

Rédaction & Publicité : 6, Place Tarek Ibn Ziad - Annaba

Rédaction: Tél & Fax : 038.45.90.15

Publicité: Tél-Fax : 038 45.90.16

Bureau de Constantine : Maison de la Presse Tél/fax: 031.61.60.79 

Bureau de Souk-Ahras : 8, place de l’Indépendance (ex place Thagaste )
Tél - fax : 037 31.08.53

Bureau de Skikda : 6, Rue Mostefa Benboulaïd  - Tél : 038 76.57.85