Selon des avocats

Ouyahia et Sellal risquent la prison

28 Mai 2019
1273 fois

Ahmed Ouyahia, Abdelmalek Sellal, les huit ex ministres et les deux walis dont les dossiers sont transmis à la Cour Suprême risquent la prison, selon l’avocat maître Mokrane Ait Larbi. « Le Conseiller instructeur désigné par le Procureur de la Cour Suprême pour prendre connaissance de leurs dossiers peut les placer en détention provisoire, ou sous contrôle judiciaire », explique l’avocat. Mais au vu du contexte politico-judiciaire actuel, la détention provisoire lui « paraît plus probable » pour que la Justice ne soit pas accusée de faire dans « la politique de deux poids, deux mesures ». Le même avis est partagé par l’avocat et l’ex-président de la commission nationale pour la promotion et la protection des droits de l’homme, Farouk Ksentini qui a indiqué, lui aussi, qu’il est possible que le juge décide de mettre Abdelmalek Sellal, et Ahmed Ouyahia et les autres ministres en détention provisoire ». Selon lui, ces personnes sont poursuivies pour « des faits à caractère pénal » et qui « ne sont pas moins graves que des marchés douteux». A titre de rappel, le parquet de la Cour d’Alger a annoncé dimanche dernier avoir transmis à la Cour suprême les dossiers des ex- premiers ministres, Abdelmalek Sellal , Ahmed Ouyahia, les ex- ministres, Amar Ghoul, Amara Benyounès, Karim Djoudi, Amar Tou, Abdelkader Bouazgui, Abdeslam Bouchouareb, Boudjemaâ Talai, et Abdelkader Zoukh ex-wali d’Alger et Mohamed Djamel Fenkhar, actuel wali d’El Bayadh. Ces 12 personnalités politiques, en responsabilité sont poursuivies « pour des faits à caractère pénal », suite à des enquêtes préliminaires menées par le Gendarmerie, dans le cadre de la lutte contre la corruption. Triste fin pour les partisans d’un cinquième mandat rejeté par la volonté populaire, dans un mouvement inédit, qui a impressionné le monde entier. Leurs dossiers étant désormais au niveau de la Cour suprême, il est difficile d’imaginer un seul instant que cette institution va se désavouer, en innocentant tout le monde. Les enquêteurs de la Gendarmerie ont certainement pu réunir les preuves, qui enfoncent les mis en cause, sinon ils ne se seront jamais aventurés dans des dossiers aussi lourds. En vérité, c’est en quelque sorte la crédibilité de la Gendarmerie nationale qui est ainsi en jeu. Une telle issue est inimaginable. C’est donc par rapport à cette lecture, que Mokrane Aït Larbi et Farouk Ksentini n’ont pas hésité à se prononcer.

Mohamed Mebarki

Évaluer cet élément
(1 Vote)

Quotidien indépendant d’information édité par la E.U.R.L. Hippone Edition et Communication.

Rédaction & Publicité : 6, Place Tarek Ibn Ziad - Annaba

Rédaction: Tél & Fax : 038.45.90.15

Publicité: Tél-Fax : 038 45.90.16

Bureau de Constantine : Maison de la Presse Tél/fax: 031.61.60.79 

Bureau de Souk-Ahras : 8, place de l’Indépendance (ex place Thagaste )
Tél - fax : 037 31.08.53

Bureau de Skikda : 6, Rue Mostefa Benboulaïd  - Tél : 038 76.57.85