Appels à la reprise des marches, malgré la Covid-19

Djerad met en garde

01 Juil 2020
369 fois

Abdelaziz Djerad, dont la visite hier à Tindouf est placé sous les auspices de la santé, a profité pour  parler de la pandémie du Coronavirus et surtout  pointer la responsabilité de certaines parties qui poussent les jeunes à sortir dans la rue , malgré les risques  qu’ils encourent et qu’ils font courir à eux-mêmes.  ‘‘Les personnes qui appellent les jeunes à sortir sans masques ont des arrières pensées et ne résident même pas en Algérie’’, a accusé Abdelaziz Djerrad. Et d’appuyer à nouveau sur l’accusation en avertissant que « nous ne pouvons pas tolérer que des personnes dont les objectifs sont de plonger le pays dans le chaos, puissent continuer de jouer avec la vie des citoyens ».Même en restant dans l’indéfini, en partant du principe que la politique est l’art de l’ambigüité, le Premier ministre cible des personnes qu’il aisé de deviner.Précisément, les animateurs du Hirak qui ont tenté d’organiser des manifestations publiques dans certaines régions du pays, notamment Béjaia, Bouira, Ouargla, dans l’espoir de réanimer le Hirak. Le Premier ministre ne s’est pas limité à mettre à l’index ces parties qui « résident à l’étranger », dans une allusion probablement aux responsables de l’association « Rachad » qui vivent à l’étranger, mais aussi à d’autres figures du Hirak qui sont dans l’opposition démocratique, il met en garde.« La loi sera appliquée dans toute sa rigueur », martèle-t-il en s’adressant à ces « parties » qui appellent à la reprise des manifestations publiques, pendant que l’Algérie, notamment ces dernières semaines, connait une forme de rebond de la pandémie avec des cas positifs qui ont dépassé le seuil psychologique de 300 personnes. Le Premier ministre, au-delà des « parties » à qui il impute des desseins politiques en appelle en outre à une prise de conscience citoyenne, attirant l’attention sur les dangers des thèses « complotistes» , selon lesquelles la Covid-19 ne serait qu’une pure invention à des fins de manipulation politique des masses. Les propos de Abdelaziz Djerad se donnent à lire comme un écho aux propos du président de la République , lors du dernier Conseil des ministres, dans lequel il a demandé aux Algériens d’en finir avec la désinvolture et la légèreté devant les dangers de la pandémie.Les Algériens, certainement pas ceux qui ont des objectifs politiques, ne seront –ils pas sensibles à ces appels à la raison, à la prise de conscience ? C’est une nécessité absolue pour épargner au pays les risques d’une catastrophe annoncée. En tous cas, les chiffres enregistrés, hier, avec un pic jamais égalé de 336 nouveaux cas positifs, ne laissent plus de place au doute.

H.Khellifi.

Dernière modification le mardi, 30 juin 2020 21:35
Évaluer cet élément
(0 Votes)

Quotidien indépendant d’information édité par la E.U.R.L. Hippone Edition et Communication.

Rédaction & Publicité : 6, Place Tarek Ibn Ziad - Annaba

Rédaction: Tél & Fax : 038.45.90.15

Publicité: Tél-Fax : 038 45.90.16

Bureau de Constantine : Maison de la Presse Tél/fax: 031.61.60.79 

Bureau de Souk-Ahras : 8, place de l’Indépendance (ex place Thagaste )
Tél - fax : 037 31.08.53

Bureau de Skikda : 6, Rue Mostefa Benboulaïd  - Tél : 038 76.57.85