Leurs restes mortuaires retrouvent la terre de leurs ancêtres

Les martyrs reviennent

04 Juil 2020
884 fois

Conservés depuis plus d’un siècle et demi au Musée d’histoire naturelle de Paris, un lieu où ils n’auraient jamais dû être, si les présidents français qui se sont succédé après l’indépendance de l’Algérie, avaient assumé courageusement leur passé colonial au lieu d’opter pour un certain négationnisme, en évoquant les soi-disant « bienfaits du colonialisme », comme l’a exprimé publiquement Jacques Chirac, 24 restes mortuaires des premiers résistants algériens à l’invasion française ont été rapatriés, hier. La cérémonie d’accueil des cercueils a été présidée par Abdelmadjid Tebboune, qui s’est déplacé à l’aéroport Houari Boumediene, à la tête d’une importante délégation, composée du chef d’état-major de l’ANP, du commandant de la Garde républicaine, du Premier ministre, des membres du gouvernement, du président de l’APN et de quelques moudjahidine. Evènement historique, à la veille de la célébration du 58ème anniversaire de l’indépendance. L’émotion était intense au moment où les cercueils, posés sur des tréteaux par les élèves officiers de l’Académie militaire de Cherchell, allaient être acheminés vers le Palais de la culture Moufdi Zakaria, où ils seront exposés, aujourd’hui, au public pour un dernier hommage, avant d’être enterrés demain, 5 juillet, au carré des martyrs du cimetière El Alia. Enfin, Mohammed Lamjad ben Abdelmalek, dit Chérif Boubeghla, Cheikh Ahmed Bouziane, chef de l’insurrection des Zaâtcha, Aïssa El Hamadi, lieutenant de Cherif Boubeghla, Moussa El Derkaoui, conseiller militaire de Cheikh Ahmed Bouziane vont avoir une sépulture digne de leur sacrifice. Quelques 500 restes mortuaires restent encore à restituer, toutefois, il s’agit d’un premier pas, qui sera certainement suivi d’autres. Il faut rappeler que ces héros de la première heure, ont été fusillés et décapités par des soldats français, prétendant apporter la civilisation à un peuple « barbare » ! L’affaire a été soulevée pour la première fois en 2011, par Ali Farid Belkadi, un historien algérien, qui avait initié une pétition adressée à Bouteflika. Il aura donc fallu 9 ans à ce chercheur, appuyé par des universitaires algériens et français, à l’image de Mohamed Harbi, René Galissot, Malika Rahal, Benjamin Stora, Aïssa Kadri, François Gèze et d’autres, en plus des démarches officielles, pour que les restes mortuaires des martyrs retrouvent la terre pour laquelle ils se sont sacrifiés. S’adressant à Emmanuel Macron, ces intellectuels s’étaient révoltés contre le fait que des crânes des résistants algériens tués, puis décapités en 1849, lors de la bataille de Zaâtcha, près de Biskra, soient exposés comme des trophées de guerre. « Vous avez la possibilité de tourner une page douloureuse de notre histoire et de mettre un terme à cette guerre coloniale, en autorisant le retour des restes mortuaires en Algérie, sur leur terre ancestrale (…) En agissant de la sorte, vous aurez dans un geste d’apaisement, libéré l’âme des insurgés algériens et envoyé un signal fort de respect mutuel », avaient-ils écrit au chef de l’Etat français. Il est à noter que parmi les crânes encore en France, 70, tous originaires de Biskra attendent leur restitution par l’Algérie. Il va de soi que le processus d’identification des centaines de crânes entreposés dans les sous-sols du Musée d’histoire naturelle de Paris se poursuivra, et que la France officielle a devant elle une occasion historique, pour exorciser ses vieux démons, et établir de nouveaux liens équilibrés avec l’Algérie, empreints de respect mutuels.

 Mohamed M

Évaluer cet élément
(0 Votes)

Quotidien indépendant d’information édité par la E.U.R.L. Hippone Edition et Communication.

Rédaction & Publicité : 6, Place Tarek Ibn Ziad - Annaba

Rédaction: Tél & Fax : 038.45.90.15

Publicité: Tél-Fax : 038 45.90.16

Bureau de Constantine : Maison de la Presse Tél/fax: 031.61.60.79 

Bureau de Souk-Ahras : 8, place de l’Indépendance (ex place Thagaste )
Tél - fax : 037 31.08.53

Bureau de Skikda : 6, Rue Mostefa Benboulaïd  - Tél : 038 76.57.85