Ils ont baissé rideaux lors d’un contrôle de routine

Que cachent les commerçants d’Oued El Hed ?

20 Avr 2017
110 fois

Mardi dernier, certains commerçants activant au niveau de la cité des frères Abbès ont baissé les rideaux. Et pour cause, une affaire de contrôle de routine, engagée par les services de la DCP (Direction de la Concurrence et des Prix), qui a semé la panique au sein de ces derniers. De ce fait, on est en droit de se poser cette question tout à fait innocente : que cachent ces commerçants pour agir de la sorte ? A notre humble avis, quelqu’un qui exerce ce métier dans les normes et les règles de l’art n’a rien à craindre d’un contrôleur, venu faire son travail. Dans le cas contraire, la fuite serait peut-être compréhensible, mais jusqu’à quand ? La question mérite certainement d’être posée aux concernés. Et l’on revient à dire, encore une fois, que l’exercice d’une activité commerciale, dans tous les pays sans exception aucune, obéit de prime abord à des conditions et à des règles auxquelles il faut tout simplement se soumettre. Sinon, on va tout droit vers l’infraction des lois et des textes régissant notre activité. Dans le cas précité, les commerçants dont l’activité est étroitement liée aux conditions d’hygiène, ont été les premiers à suivre la consigne donnée, par une source bien informée, de baisser les rideaux avant même l’arrivée des agents de la DCP. On avait cette impression que ces commerçants s’adonnaient plutôt au jeu du chat et de la souris. Puisque juste après le départ des contrôleurs, les commerçants « fraudeurs » ont repris leur activité comme si rien ne s’est passé. Une attitude qui explique clairement la qualité de certains commerçants, peu scrupuleux, faut-il le reconnaitre. Le mot hygiène ne signifie absolument rien pour de nombreux commerçants, pas tous heureusement. Il suffit d’ailleurs de faire juste un tour chez certains restaurateurs, à titre indicatif seulement, pour constater de visu les conditions d’hygiène dans lesquelles ces derniers travaillent. Ce qui explique, peut être, la conduite de ces commerçants « tricheurs ». Le citoyen est également complice dans cette situation. Car, dans ces mêmes conditions d’hygiènes lamentables, le consommateur ne manifeste aucun repli et continue à consommer sans contester ou dire juste un mot de désolation !

M.K

Évaluer cet élément
(0 Votes)

Quotidien indépendant d’information édité par la E.U.R.L. Hippone Edition et Communication.

Rédaction & Publicité : 6, Place Tarek Ibn Ziad - Annaba

Rédaction: Tél & Fax : 038.45.90.15

Publicité: Tél-Fax : 038 45.90.16

Bureau de Constantine : Maison de la Presse Tél/fax: 031.61.60.79 

Bureau de Souk-Ahras : 8, place de l’Indépendance (ex place Thagaste )
Tél - fax : 037 31.08.53

Bureau de Skikda : 6, Rue Mostefa Benboulaïd  - Tél : 038 76.57.85