État civil

La pénurie des imprimés refait surface

11 Oct 2017
68 fois

Le problème des imprimés, au niveau des guichets de l’Etat civil du chef lieu de wilaya et de la commune du Khroub, refait surface. Ainsi, les extraits de naissance, notamment le fameux S 12, se font de plus en plus rares. Cette pénurie récurrente n’a, en effet, que trop duré. Epuisé et désabusé, à la fois, par les autres soucis de la vie quotidienne, le citoyen se trouve aujourd’hui confronté à un autre type de problèmes auquel il ne s’attendait, certainement, pas. Rencontrée au niveau de l’arrondissement de Ziadia, une citoyenne n’a pas caché son désarroi face à cette histoire d’imprimés, inexistants, dit-elle, depuis plusieurs jours. À en croire les dires d’un chef de service, le problème est posé au niveau de la capitale. Selon lui, la quantité envoyée aux différents arrondissements urbains est nettement inférieure  à la demande exprimée. D’où l’explication de cette perturbation dans les guichets de l’état civil, a-t-il tenu à préciser. Est-ce un problème de papier dans l’imprimerie chargée  de l’opération ? La question demeure sans réponse. La seule certitude pour le moment est que le citoyen continue de payer les frais d’une situation à laquelle il n’est, nullement, responsable. Et dans cette histoire, invraisemblable, des imprimés, rarissimes dans tous les bureaux de l’état civil, il y a des urgences qui n’attendent pas et qu’il faudrait, sans doute, traiter avant d’autres.  Quoi qu’il en soit, le citoyen ne demande, en fait, que juste son droit à un extrait de naissance. Est-ce trop demander ? Et peu importe les raisons ayant entraîné cette « pénurie », rien ne justifie cette perturbation dans l’état civil d’une grande métropole. Autrement dit, une telle situation n’aurait jamais eu lieu si on avait, en matière de prévisions,  ce sens nécessaire d’anticipation. Autrement dit, la population de la ville, faut-il le rappeler, n’est plus la même et ses besoins aussi. Malheureusement, entre un droit, légitimement exprimé par le citoyen, et la réalité du terrain, il y a tout un fossé.  Interrogé par un confrère, le DRAG a donné une autre version des faits en affirmant que le problème ne devrait pas se poser et que toutes les dispositions ont été, effectivement, prises pour le retrait des imprimés de l’état civil.

M.K

Dernière modification le mardi, 10 octobre 2017 20:29
Évaluer cet élément
(0 Votes)

Quotidien indépendant d’information édité par la E.U.R.L. Hippone Edition et Communication.

Rédaction & Publicité : 6, Place Tarek Ibn Ziad - Annaba

Rédaction: Tél & Fax : 038.45.90.15

Publicité: Tél-Fax : 038 45.90.16

Bureau de Constantine : Maison de la Presse Tél/fax: 031.61.60.79 

Bureau de Souk-Ahras : 8, place de l’Indépendance (ex place Thagaste )
Tél - fax : 037 31.08.53

Bureau de Skikda : 6, Rue Mostefa Benboulaïd  - Tél : 038 76.57.85