Prise en charge des enfants aux besoins spécifiques

Les parents revendiquent la révision de l’allocation de l'Etat

06 Déc 2017
55 fois

La prise en charge des enfants en situation de handicap a toujours été au cœur des débats à l’échelle locale ou nationale, voire internationale.
Et c’est dans cette optique qu’un projet vient de voir le jour. Initié par le programme Joussour, un dispositif de coopération et de concertation entre les mouvements associatifs algérien et français vient de naître, ce projet consiste, à créer un réseau commun entre les acteurs qui activent dans le cadre de l’amélioration de la prise en charge des enfants handicapés dont la vulnérabilité sociale et professionnelle n’est plus à démontrer.L’autre objectif de ce projet, est de permettre à toutes les associations caritatives des deux rives d’œuvrer à une démarche plus performante, en termes de résultats en l’occurrence, pour reprendre les dires de Mme Badiaa Boufama, la présidente de Wafa, l’Association des parents d’enfants en difficultés mentales. Au regard de la complexité de la prise en charge des personnes en situation de handicap, il est nécessaire, dira-t-elle, d’opter pour cette nouvelle vision des choses afin de créer une sorte de fusion entre tous les acteurs du mouvement associatif. Autrement dit, il est impératif que tout le monde s’implique dans ce travail d’accompagnement de la personne aux besoins spécifiques, selon toujours notre interlocutrice. La mission est loin d’être facile, estime-t-elle, d’où l’importance de ce projet incitatif. Certes, il est(le projet) encore au stade embryonnaire, expliqua-t-elle, puisque seulement quelques associations ont, effectivement, adhéré à l’idée d’un réseau commun, « mais nous sommes déterminés à aller au bout des objectifs escomptés », dira-t-elle Une mouture de ce projet est en phase d’être finalisée, rappelle la présidente de Wafa. Toujours dans ce sillage, les parents de personnes aux besoins spécifiques revendiquent plus que jamais la révision à la hausse de l’allocation accordée à cette catégorie sociale,  et dont le montant ne dépasse pas les 4000 DA. Au regard de la complexité de la prise en charge de la personne handicapée, ce montant est loin de répondre à ses besoins, affirme Mohamed. H,  père d'un déficient mental.

M.K

Évaluer cet élément
(1 Vote)

Quotidien indépendant d’information édité par la E.U.R.L. Hippone Edition et Communication.

Rédaction & Publicité : 6, Place Tarek Ibn Ziad - Annaba

Rédaction: Tél & Fax : 038.45.90.15

Publicité: Tél-Fax : 038 45.90.16

Bureau de Constantine : Maison de la Presse Tél/fax: 031.61.60.79 

Bureau de Souk-Ahras : 8, place de l’Indépendance (ex place Thagaste )
Tél - fax : 037 31.08.53

Bureau de Skikda : 6, Rue Mostefa Benboulaïd  - Tél : 038 76.57.85