JUSTICE

Peine capitale pour douze terroristes d’AQMI

14 Mar 2018
305 fois

Ils étaient une soixantaine, regroupant plusieurs nationalités, à imposer la loi du talion, de châtiments, d’expiations et de répressions sous les sinistres couleurs d’AQMI des grands criminels Droudkel et Mokhtar Belmokhtar. Ces sanguinaires s’étaient dispersés sur toute l’étendue du vaste Sud de notre pays de la frontière Ouest jusqu’à la frontière  de l’Est en passant par les villes, les campagnes et les  contrées éloignées de Ouargla, d’El Oued, de Biskra, de Batna, de Khenchela jusqu’à la ville de Tébessa. Ils venaient de tous les horizons des pays frontaliers, Mauritanie, Mali et Niger. Ils organisaient des expéditions punitives en s’attaquant à des gens sans défense, aux gardes communaux, des militaires, des gendarmes. De la soixantaine il ne reste que treize « barbares ». Les services de sécurité ont éliminé un nombre important et le reste se trouve encore en cavale. A la fin de 2010 il ne restait  que 13 sans scrupules à être arrêtés. Parmi ces individus figuraient trois Mauritaniens, un étudiant, un ex gendarme. Ces sanguinaires lourdement armés de kalachnikov, de bombes artisanales, de chargeurs garnis  de balles  de téléphones portables avaient semé l’horreur, la psychose et l’aliénation. Ils s’attaquaient à des citoyens des zones isolées. A la barre, chacun de ces hors-la-loi disait ne rien à voir avec ces crimes. Ils ont tout nié. Les trois étrangers prétendaient s’être trouvés en Algérie que sur invitation et pourtant, ils ont été pris les armes à la main. Ils étaient bien équipés en argent, en portables, ils expliquent qu’ils n’ont participé à aucune expédition et n’avoir commis aucun acte répréhensible. Le procureur a requis la peine capitale pour douze d’entre eux et la perpétuité pour l’universitaire. Les toges noires ont tenté de minimiser les charges arguant que leurs mandants avaient subi des sévisses corporaux et moraux. Après délibération, la peine capitale a été prononcée pour l’ensemble sans bénéficier des circonstances atténuantes. Il est à signaler que quelque cinquante victimes étaient présentes à l’audience en tant que partie civile.

Amar Mezghiche

Évaluer cet élément
(0 Votes)

Quotidien indépendant d’information édité par la E.U.R.L. Hippone Edition et Communication.

Rédaction & Publicité : 6, Place Tarek Ibn Ziad - Annaba

Rédaction: Tél & Fax : 038.45.90.15

Publicité: Tél-Fax : 038 45.90.16

Bureau de Constantine : Maison de la Presse Tél/fax: 031.61.60.79 

Bureau de Souk-Ahras : 8, place de l’Indépendance (ex place Thagaste )
Tél - fax : 037 31.08.53

Bureau de Skikda : 6, Rue Mostefa Benboulaïd  - Tél : 038 76.57.85