Circulation routière

Un véritable parcours du combattant 

27 Mai 2018
1127 fois

‘’Un véritable parcours du combattant’’, c’est en ces termes que de nombreux automobilistes que nous avons interrogés, s’accordent à qualifier la circulation routière, en ce début de Ramadhan, en particulier. La situation est vraiment infernale notamment après les heures de travail entre 18 H et l’heure du f’tour. Certains n’hésitent pas de qualifier ce problème de complètement ingérable. Il l’est certainement de par l’ampleur qu’a prise la complexité de ce brûlant dossier. Un dossier que tous les responsables qui se sont succédés à la wilaya n’ont pu, à dire vrai,  gérer efficacement. Le constat est sans doute plus qu’alarmant. Se déplacer de nos jours à Constantine, en voiture ou en bus , cela relève carrément d’une mission « casse cou ». Il n’est pas du tout évident de faire le moindre pas, vers une destination quelconque, sans subir les tracasseries d’une situation à la limite du tolérable. C’est un exercice extrêmement difficile que nous subissons quotidiennement, a tenu à préciser un citoyen, rencontré au niveau de l’intersection reliant les quartiers Daksi, El Guemas, Riad et le 4eme Km.  Un des points noirs, sans nul doute, de la situation qui prévaut actuellement dans la ville du vieux rocher. Le déplacement,  durant le week-end en particulier,  entre les deux premiers quartiers précités est synonyme d’un véritable calvaire, ajouta notre interlocuteur. L’accès au centre-ville est aujourd’hui interdit, ou presque !    Une situation qui a fait l’objet d’une dizaine d’articles, peut être plus. Mais tout porte à croire que certains responsables préfèrent, apparemment, faire la sourde oreille et ne plus prêter attention à ce que les journalistes dénoncent dans leurs écrits. Une impression se dégage, en fait, en constatant les proportions inquiétantes qu’a prises le problème : y a-t-il vraiment des responsables dans cette ville pour « soulager » les ennuis auxquels le citoyen est aujourd’hui confronté ?  Une question qui mérite d’être posée à tous ceux qui ont la charge de gérer les affaires de la ville. Sans vouloir verser dans un catastrophisme de mauvais aloi, mais le constat est  là : avec un parc-auto de plus en plus croissant et un état déplorable des routes, le problème de la circulation est incontestablement l’une des grandes priorités sur lesquelles devraient se pencher les décideurs locaux. Un enjeu de taille qu’il faudra impérativement gagner. Il y va même de l’avenir de cette ville. Tous les secteurs d’activités dépendront de la fluidité de la circulation. En termes d’urbanisme,  une ville est aussi et surtout une accessibilité facile à ses quartiers et à ses différentes artères. Bref, face à un problème qui s’accentue de plus en plus,  un « plan d’urgence »  s’impose à plus d’un titre.

M.K  

Évaluer cet élément
(1 Vote)

Quotidien indépendant d’information édité par la E.U.R.L. Hippone Edition et Communication.

Rédaction & Publicité : 6, Place Tarek Ibn Ziad - Annaba

Rédaction: Tél & Fax : 038.45.90.15

Publicité: Tél-Fax : 038 45.90.16

Bureau de Constantine : Maison de la Presse Tél/fax: 031.61.60.79 

Bureau de Souk-Ahras : 8, place de l’Indépendance (ex place Thagaste )
Tél - fax : 037 31.08.53

Bureau de Skikda : 6, Rue Mostefa Benboulaïd  - Tél : 038 76.57.85