Chassez le naturel, il revient au galop           

Retour en force du commerce informel

28 Avr 2019
256 fois

À quelques jours du mois sacré de Ramadhan, ils sont de plus en plus nombreux les commerçants  qui reviennent en force notamment à la place qu’occupait le marché informel appelé communément  Brasilia. Ces derniers profitent certainement de la conjoncture actuelle, a tenu à nous dire un boucher qui n’a pas d’ailleurs caché son désarroi face à cette situation. En effet ces commerçants nuisent,  par leur activité, aux autres commerçants dits légaux, car ils échappent aux taxes payables à l’Etat.  Avec zéro charge, ils sont assurés de gains plus que substantiels. Cette situation traduit effectivement la complexité du dossier relatif au commerce informel dans la troisième wilaya du pays. Et si cette ville millénaire a été, des années durant, clochardisée, elle l’a été aussi par ce commerce informel. Un phénomène qui a pris, au fil des jours et des mois, des proportions inquiétantes et qui semble échapper aujourd’hui au contrôle de l’Etat. Toutes les tentatives entreprises jusqu’alors, pour mettre un terme à l’activité illégale de ces commerçants, se sont soldées par un échec. Et dans une énième tentative, les pouvoirs publics ont lancé l’opération de construction de marchés de proximité au profit de ces commerçants illégaux. Une opération qui est loin de faire l’unanimité. Au moment où des marchés couverts, réalisés à coup de plusieurs millions centimes,  sont fermés, voire abandonnés par leurs occupants, d’autres marchés dits de proximité sont programmés, s’accordent à dire ceux qui s’opposent à ladite opération. Le marché de la cité des Martyrs   est, en effet,  l’exemple parfait d’une  aberration qui ne dit pas son nom.  C’est le moins que l’on puisse dire à ce propos. De toute manière, ces commerçants du circuit informel devraient être, tôt ou tard,  régularisés, a tenu à le rappeler, sous couvert d’anonymat, un inspecteur principal des impôts.  Pour rappel, toujours dans ce registre précis, Constantine et la commune du   Khroub  sont, en matière d’activité commerciale informelle, en pôle position. Ainsi, sur un total de 2087 commerçants recensés par les services concernés, 1229 commerçants exercent au niveau du chef lieu de la wilaya, avec un taux estimé à  60%. La commune du Khroub vient en seconde position avec 413 commerçants illégaux. 

 M.K    

Évaluer cet élément
(0 Votes)

Quotidien indépendant d’information édité par la E.U.R.L. Hippone Edition et Communication.

Rédaction & Publicité : 6, Place Tarek Ibn Ziad - Annaba

Rédaction: Tél & Fax : 038.45.90.15

Publicité: Tél-Fax : 038 45.90.16

Bureau de Constantine : Maison de la Presse Tél/fax: 031.61.60.79 

Bureau de Souk-Ahras : 8, place de l’Indépendance (ex place Thagaste )
Tél - fax : 037 31.08.53

Bureau de Skikda : 6, Rue Mostefa Benboulaïd  - Tél : 038 76.57.85