Spéculation et fraude sur la qualité durant le Ramadhan

Les agents de contrôle doivent veiller au grain  

02 Mai 2019
248 fois

Si Ramadhan est le mois de toutes les « convoitises », il est aussi, en termes d‘intoxication alimentaire, le mois de tous les risques. Des risques que les services de la direction du commerce  tiennent à éviter par tous les moyens. Ainsi, les agents de ces deux directions seront, dans les quelques jours à venir, à pied d’œuvre afin de ratisser, en termes de contrôle, l’ensemble des commerces de la ville. Ceux-ci devraient être soumis à des opérations de contrôle inopinées menées par une brigade mixte. Toute infraction à la réglementation en vigueur doit être sévèrement sanctionnée, nous confia, sous couvert de l’anonymat, un  agent de contrôle. Des procès-verbaux de fermeture et d’autres pénalités sont d’ores et déjà prévus, avança notre interlocuteur. Selon lui, ils sont de plus en plus nombreux ces commerçants indélicats qui ne respectent ni le consommateur ni les textes régissant l’activité commerciale. Pour preuve, chaque opération de contrôle dans un quartier est suivie par une fuite de la part des propriétaires des commerces concernés, affirma-t-il. Et sur ce plan, les exemples sont légion. Des agissements qui révèlent beaucoup de dysfonctionnements dans ce secteur névralgique, reconnait notre vis-à-vis. Devant ces commerces qui poussent, à dire vrai, comme des champignons, il est souvent difficile de tout contrôler, estime-t-il. Tout en reconnaissant les contraintes auxquelles ses collègues sont souvent confrontés, il n’a pas manqué de mettre en exergue les résultats fructueux de ces opérations de contrôle. Certes, la mission est loin d’être facile, dira-t-il, mais nous sommes condamnés à donner de la crédibilité à l’activité commerciale et à protéger à la fois le consommateur. Ce dernier qui a certainement sa part de responsabilité dans cette anarchie qui règne aujourd’hui dans le secteur. Un avis que notre interlocuteur partage. De l’étiquetage à la date de péremption des produits alimentaires périssables, entre autres, le citoyen est appelé à faire preuve de vigilance. Il s’agit d’un sens de civisme qu’il faudrait également inculquer à nos enfants. Malheureusement, en dépit de toutes les mises en garde des services concernés, le citoyen continue de s’approvisionner en ces endroits squattés par ces vendeurs ambulants peu scrupuleux. Du pain, sans omettre, bien sûr,  la viande et le poisson, tout se vend, ou presque, sur nos trottoirs. Et pour contrôler et les commerces  légaux et ceux qui ne le sont pas, le nombre d’agents de contrôle devrait être multiplié par deux, voire plus, afin de mener à bien leur mission notamment dans son volet relatif aux prix référentiels et aux risques d’intoxication alimentaire.

M.K

Évaluer cet élément
(1 Vote)

Quotidien indépendant d’information édité par la E.U.R.L. Hippone Edition et Communication.

Rédaction & Publicité : 6, Place Tarek Ibn Ziad - Annaba

Rédaction: Tél & Fax : 038.45.90.15

Publicité: Tél-Fax : 038 45.90.16

Bureau de Constantine : Maison de la Presse Tél/fax: 031.61.60.79 

Bureau de Souk-Ahras : 8, place de l’Indépendance (ex place Thagaste )
Tél - fax : 037 31.08.53

Bureau de Skikda : 6, Rue Mostefa Benboulaïd  - Tél : 038 76.57.85