Referendum sur la nouvelle constitution

La fédération des jeunes entrepreneurs se mobilise

17 Oct 2020
285 fois

 Jeudi dernier, c’est la 9éme journée de la campagne de sensibilisation sur la participation au vote du 1er novembre 2020 sur le projet de la révision de la Constitution, la Fédération Nationale des jeunes entrepreneurs (FNJE) a convoqué ses adhérents à la maison de la culture Malek Haddad de Constantine pour leur expliquer l’importance de participer au vote et leur expliquer le contenu du document soumis au référendum. Ce dont nous avons profité pour faire connaissance avec cette jeune Fédération qui regroupe quand même 23.000 membres au niveau national et 800 au niveau de la wilaya de Constantine. M. Litim Choukri, le secrétaire général du bureau de Constantine nous apprendra alors que la FNJE a été créée en 2016 pour encadrer les petites entreprises, prendre en charge la défense de leurs droits, et leur créer les meilleures conditions d’évolution dans leurs branches d’activité. Cette organisation syndicale est implantée dans les 48 wilayas du pays. « Pour accomplir notre devoir national, nous nous sommes rencontrés aujourd’hui pour entamer la sensibilisation de nos adhérents sur l’importance pour notre organisation de participer à ce vote, commença M. Litim. La plupart de nos adhérents, ajouta notre interlocuteur, travaillent dans le domaine du bâtiment et de l’hydraulique. Quelques-uns sont engagé avec Algérie Télécom dans la pose de la fibre optique. L’action de la FNJE s’insère dans les efforts du gouvernement tendant à créer une économie productive capable de pallier à la dépendance de l’économie nationale du secteur des hydrocarbures. Et dans ce cadre, a poursuivi M. Litim, les responsables de la fédération ont rencontré le nouveau Ministre des petites et moyennes entreprises et les hauts responsables du secteur. « Parce-que, dit-il, nous cherchons à solutionner les problèmes des jeunes entrepreneurs en difficulté et dans ce cadre, nous avons réussi à obtenir l’arrêt des poursuites judiciaires lancées contre eux parce qu’ils n’ont pas pu parvenir à régler les dettes contractées auprès des banques. Nos entreprises se composent aujourd’hui de trois catégories : celles qui sont complètement bloquées et n’auront besoin que d’un coup de pouce pour se relever, les entreprises qui s’étaient maintenues tant bien que mal sur le terrain avant l’apparition de la Covid -19 et enfin les entreprises qui ont réussi et qu’il faut toujours accompagner. Intervenant à son tour, le président du bureau de Wilaya M.Belatreche Slimane-Mostefa, dira que »Notre premier problème c’est la bureaucratie. Mais depuis les dernières mesures prises en notre faveur par M. le Président de la République, notre situation tend à s’améliorer. Aussi, notre principale revendication c’est l'application du code des marchés qui stipule que 20 % des marchés publics doivent être attribués aux jeunes entreprises. En général cette clause n’est pas appliquée ; dira-t-il, mais nous avons reçu des promesses de la plupart des ministères pour qu'elle le soit à l’avenir.C’est pourquoi nous voulons participer positivement au référendum sur la question afin de renvoyer l'ascenseur aux hautes autorités de l’Etat, notamment au Président Tebboune qui nous a beaucoup aidés ».

A Mallem

Évaluer cet élément
(0 Votes)

Quotidien indépendant d’information édité par la E.U.R.L. Hippone Edition et Communication.

Rédaction & Publicité : 6, Place Tarek Ibn Ziad - Annaba

Rédaction: Tél & Fax : 038.45.90.15

Publicité: Tél-Fax : 038 45.90.16

Bureau de Constantine : Maison de la Presse Tél/fax: 031.61.60.79 

Bureau de Souk-Ahras : 8, place de l’Indépendance (ex place Thagaste )
Tél - fax : 037 31.08.53

Bureau de Skikda : 6, Rue Mostefa Benboulaïd  - Tél : 038 76.57.85